OVNI - Bariloche, Argentine - 1995

Bariloche : Le 31 / 07 / 95, un OVNI a empêché deux avions d’atterrir sur l’aéroport de San Carlos de Bariloche (1800 Km au sud-ouest de Buenos Aires). Le premier avion était un Boeing 727 de la compagnie Aérolinas Argentinas (Vol 674) contenant 102 passagers et 3 membres d’équipage. Le second est un avion de la gendarmerie nationale argentine avec 7 personnes à son bord, dont le pilote. Le commandant du Vol 674, alors qu’il préparait son atterrissage, a dû effectuer une manoeuvre désespérée pour éviter l’OVNI. Le phénomène a duré une quinzaine de minutes. Pendant ce temps, l’OVNI a suivi le vol du Boeing en trajectoire parallèle distante d’une centaine de mètres. Presque tous les passagers du Vol 674 auraient vu le phénomène. Toutefois, la compagnie se refuse à divulguer la liste de leur nom.



Les témoins les plus importants sont: - Le pilote du 727, Jorge Polanco. Il vit à Buenos Aires et serait aller trouver un journaliste, de sa propre initiative, pour raconter son histoire. Il affirme que 3 pilotes et un technicien de vol ont vu le phénomène, mais il refuse de donner le nom de ces personnes. Il aurait dû se trouver à Londres le 13 septembre pour être interviewé par la BBC. La journaliste est Pénélope Kront. La rencontre ne put se faire car cette dame n’a offert que 500 dollars + billets d’avion + hôtel. Cependant, une télévision de la côte est des Etats-Unis serait parvenue à obtenir l’interview de Polanco. Il ne donne aucune autre information complémentaire et prie les “curieux” de tout bord de s’adresser à son avocat, le Dr Luis Careri.



Le major Jorge Luis Oviedo. Il affirme n’avoir rien vu alors que les dépêches affirmaient le contraire. A la suite d’un entretien direct avec mon ami
Hervé Miguet, il a expliqué qu’il était en communication avec l’avion des lignes régulières, au moment du phénomène. Cet homme évite toute publicité autour de sa personne. Le pilote de l’avion de la gendarmerie (Force Aérienne de la Police des Frontières). Ruben Cipuzak. Il vit à Buenos Aires et accepterait de témoigner. Cependant, il affirme que le gouvernement argentin et les militaires ne s’intéressent pas à ces phénomènes.Cutral Co:



Un maître d’école et un pompier de la ville de Cutral CO, à 900 Km au sud-ouest de Buenos Aires, ont affirmé, le 11 août 95, avoir observé, et même filmé un
OVNI qui se trouvait à très basse altitude. Selon le témoignage de Luis LUNA, il s’est produit une panne de courant dans toute la ville lors du passage du “phénomène”. D’après son récit, il aurait vu une lumière bleue, très intense et intermittente qui s’approchait. L’engin, dit-il encore, s’est arrêté à trois mètres du sol et est resté immobile pendant quelques secondes. D’autres témoins, le pompier Ismaël Paro et son épouse ont affirmé avoir assisté à ce phénomène. Lorsqu’ils ont voulu s’en approcher, leur véhicule n’a pu démarrer. Plus d’une centaine d’autres personnes corroborent ces faits et certains ajoutent mîme avoir vu une “porte” s’ouvrir.

Les témoins principaux sont :

- Le pompier Ismaël Paro. Il a accepté de témoigner au téléphone. L’entretien a été enregistré. Il confirme les dépêches AFP. De plus, il a confié à Hervé
Miguet que la taille de l’objet devait avoisiner les cinquante mètres. Si une équipe de journalistes veut faire le déplacement à Cutral Co, il accepte de témoigner devant une caméra.
- Luis Luna (le maître d’école, et sa femme Irma Almonavit ont confirmé, par téléphone, avoir assisté au phénomène. C’est sa femme qui a filmé l’apparition
(lumière intense et changeante). Ils acceptent de témoigner devant une caméra aux mêmes conditions que le témoin pré-cité. - Une télévision locale, Cutral Co Communications, a fait un reportage sur ce phénomène.


Caleta Olivia:
Un caméraman - Pablo Muesca -, à Caleta Olivia, province de Santa Cruz, affirme que, le 16 août 95, il aurait réussi à filmer un OVNI. Il travaille pour une
télévision locale de la ville. Avec le zoom de la caméra, il aurait observé clairement les lumières changeantes de couleur rouge, bleue et jaune, ainsi qu’une forme étrange ressemblant à un cube.

Un homme de 65 ans, un certain senor Zavaletta, a peut-être connu un phénomène d’abduction le 14 juillet dernier. Il se promenait en rase campagne et s’est
senti s’endormir. “Un nuage est arrivé et j’ai vu un extraterrestre avec beaucoup de cheveux de couleur cuivre. J’ai senti un pincement dans le doigt de la main gauche, comme si j’avais été piqué.
Puis, l’être a disparu et j’ai eu l’impression de m’envoler. Je me suis aperçu que cela faisait une demi-heure que je somnolais et que je me trouvais à deux
kilomètres de l’endroit où je croyais être initialement.” Ensuite, il a marché toute la nuit et a été retrouvé par la police, le lendemain. En effet, sa famille inquiète de sa disparition prévint les autorités locales.
Malheureusement, cette dépêche n’a pas été confirmée et ne contient pas de données suffisantes pour une enquête directe.

Pour terminer son rapport, en guise de conclusion, Hervé Miguet écrit : ” L’Argentine est un pays pauvre car, sans pour cela mettre en doute la sincérité de nos interlocuteurs, la plupart des personnes contactées par téléphone semble intéressée par des espèces sonnantes et trébuchantes, dans l’idée d’un dédommagement pour leur participation éventuelle à notre émission. Jorge Polanco, le pilote du 727, aurait négocié son interview avec la BBC contre 20 000 $. Cette somme serait destinée à “une association pour l’enfance”, selon les dires de l’avocat du pilote. D’un autre côté, Luis Luna, le maître d’école qui a filmé l’OVNI de Cutral Co, est très “ennuyé” que les gens puissent faire de l’argent sur son document, sans en avoir reçu sa part.”


“En conclusion, et je le répète cela ne trouble en rien la véracité des événements, l’enquête est légèrement gâchée et ralentie par une vénalité certaine
des témoins, même si cela est presque légitime. Je continue de penser que ce sujet est important et qu’il mérite une couverture.”
Ainsi finit le rapport qu’un journaliste d’investigation de TF1 fit parvenir à son “patron”. Malgré l’étrangeté des faits, ceux-ci ne valurent mîme pas une
allusion dans les média télévisés. Pas un mot.

Peu de temps après, l’affaire Roswell était relancée par un producteur anglais, Raymond Santilli… Dès lors, on ne vit plus que le feu et l’étincelle
disparut.

- Haut de page -

 
 



Créer un site
Créer un site