OVNI - Les Foo Fighters -

 

Bien que les rapports d'observations sur ce que l'on a par la suite appelé les OVNIS puissent être tracés loin dans l'histoire, beaucoup de gens font débuter l'histoire des OVNIS au milieu des années 40 à la suite de l'apparition d'OVNIS au-dessus des théâtres Européens et Pacifiques de la deuxième guerre mondiale. Ces OVNIS reçurent toutes sortes de noms, qui indiquent le manque de compréhension de leur nature et de leur origine. Pour les alliés, ils étaient les "kraut fireballs" ou les "foo fighters", cette dernière appellation ayant fait long feu. On pense maintenant que les Allemands et les Japonais les observaient également en imaginant qu'il s'agissait d'une arme secrète des alliés.
Les rapports sur des "boules transparentes, métalliques et rougeoyantes inexplicables" ont commencé en grand nombre en juin, 1944, à peu près au moment du débarquement des alliés en Normandie, et au moment ou l'Allemagne Nazie se mettait é envoyer ses fusées V-1 vers Londres, inaugurant par ce fait l'ère des missiles sans pilotes. Les rapports se sont intensifiés en novembre 1944, peu de temps après que les premières fusées V-2 balistiques Allemandes aient été tirées vers Londres et Paris.

Les pilotes et leurs équipages ont rapporté que "des choses étranges" volaient en formation avec leurs avions, en "se jouant" d'eux, et en se comportant généralement comme s'ils étaient sous le contrôle d'une intelligence. A aucun moment, ils n'ont noté de comportement agressif. Néanmoins, la plupart des gens ont supposé qu'elles étaient un dispositif ennemi expérimental étant expérimenté pour un usage opérationnel. Des rumeurs d'armes fortement avancées étaient communes à cette période, alimenté par l'impressionnante réalité des armes V1 et V2. Ce qui suit est typique des nombreux rapports de "foo fighters" ayant été enregistrés. Il y a des rumeurs persistantes selon lesquelles la Huitième Armée de l'Air des États-Unis en Angleterre a commissionné une étude sur ces rapports, mais aucun trace documentaire n'a pu être trouvée jusqu'à présent.

QUELQUES CAS :

***Océan Indien, août 1944:

Le 10 août 1944 au-dessus de l'Océan Indien, les co-pilotes d'un bombardier lourd B-29 Superfortress des forces aériennes de l'Armée Américaine Ont rédigé ce compte rendu:

"Un objet étrange nous suivait à environ 500 yards [475 m.] au large de l'aile droite. A cette distance il apparaissait comme un objet sphérique, probablement de cinq ou six pieds [1 à 2 m.] de diamètre, d'un rouge ou d'un orange très lumineux et intense... il semblait avoir un effet de halo. "Mon mitrailleur a rapporté qu'il est arrivé depuis une position à 5 heures (arrière droite) à notre niveau. Il semblait palpiter ou vibrer constamment. Supposant que c'était quelque objet radio-commandé envoyé pour nous repérer, j'ai effectué des manoeuvres évasives, changeant constamment de direction, de jusqu'à 90 degrés et d'une altitude d'environ 2.000 pieds [600 m.]. Il a suivi chacune de nos manoeuvres pendant environ huit minutes, tenant toujours une position à environ 500 yards [475 m.] et à environ 2 heures (avant droit) par rapport à l'avion. Quand il est parti, il a fait un virage brusque de 90 degrés, accélérant rapidement, et a disparu dans la couverture nuageuse."

(Clark, Jerome, and Farish, Lucius, "The Mysterious 'Foo Fighters' of World War II," dans '1977 UFO Annual'.

***Hagenau, Allemagne, décembre 1944:

Le 22 décembre 1944 au-dessus de Hagenau, en Allemagne, le pilote et l'opérateur de radar d'un chasseur de nuit Américain ont rencontré deux "grandes lueurs oranges" qui se sont élevées rapidement vers eux. Quand le pilote a plongé en piqué rapide et a viré brusquement, les objets sont restés avec eux. Le pilote a indiqué:

"Au moment ou ils ont rejoint notre altitude, ils se sont stabilisés et sont restés à notre suite... Après deux minutes, ils ont filé au loin en volant de manière parfaitement contrôlée."

(Clark, Jerome, et Farish, Lucius, "The Mysterious 'Foo Fighters' of World War II," dans '1977 UFO Annual'.

Un microfilm contenant les journaux historiques et les journaux de guerre du 415e escadron de chasse de nuit dans les archives de l'Armée de l'Air des Etats-Unis contient plusieurs rapports d'incidents Foo Fighters, y compris celui-ci au-dessus de Hagenau en 1944. C'est la source primaire pour cet incident. Il est indiqué:

Journal de Guerre Page 2 Décembre 1944

S E C R E T
JOURNAL DE GUERRE
415 NIGHT FIGHTER SQUADRON
BASE AERIENNE D'OCHEY, FRANCE
DECEMBRE 1944


23 Des Foo-Fighters étaient de nouveau dans le ciel la nuit passée. Le rapport d'Opération
indique: " dans la proximité de Hagenau avons vu 2 lumières arrivant
vers l'appareil depuis le sol. Après atteinte de l'altitude de l'appareil
elles se sont stabilisées et ont volé sur la queue du Beau pendant 2 minutes
et elles ont filé vers le haut et ont tourné au loin. 8ème mission - vu
2 lumières oranges
Une lumière aperçue à 10.000 l'autre
est montée jusqu'à ce qu'elle ait disparu.
 
Jo Chamberlin, dans un article de 1945 sur les Foo Fighters publié dans le magasine American Legion, fournit ce qui est la première source secondaire : "Le décembre 22-23, 1944, un autre pilote du 415e escadron de chasse de nuit et un observateur radar volaient à 10.000 pieds d'altitude près de Hagenau. "A 0600 heures nous avons vu deux lumières s'élever vers nous de la terre. En atteignant notre altitude, elles se sont stabilisées et sont restées sur ma queue. Les lumières ont semblé être de grandes lueurs oranges. Après être restées avec l'avion pendant deux minutes, elles ont filé et ont tourné au loin, volant sous contrôle parfait, et se sont alors éteintes." "La nuit suivante les mêmes deux hommes, volant à 10.000 pieds, ont observé une flamme rouge unique. Le Lieutenant David L. McFalls, de Cliffside, N.C., pilote, et le Lieutenant Ned Baker de Hemat, Californie, observateur radar, ont également vu: "un objet rouge incandescent montant droit vers le haut qui a soudainement changé pour se montrer comme un avion basculant sur l'aile, faisant un plongeon et disparaissant." C'était la première et seule indication d'un engin volant sous contrôle."

Le cas est plus tard entré dans la littérature ufologique.

Harold T. Wilkins, dans son livre "Flying Saucers On The Attack" indique que le 22 décembre 1944, le Lieutenant David McFalls de Cliffside en Caroline du Nord et Edward Baker, opérateur de radar de Hemat en Californie ont volé au sud de Hagenau, 32 kilomètres au nord de Strasbourg et 26 kilomètres à l'ouest du Rhin. Il donne la description qui suit de la façon dont les lumières sont apparues, par le lieutenant pilote David McFalls: "A 0600 heures [du matin] nous avons vu deux lumières s'élever vers nous de la terre. En atteignant notre altitude, elles se sont stabilisées et sont restées sur ma queue. Les lumières ont semblé être de grandes lueurs orange. Après être restées avec l'avion pendant deux minutes, elles ont filé au loin et ont tourné au loin, volant sous parfait contrôle, et elle se sont alors éteintes."
L'ufologue allemande Illo Brand a rapporté le cas comme Wilkins dans un article sur les Foo Fighters.

Patricia Hervias a écrit dans un article publié sur l'Internet:

22 décembre 1944: "Près de Hagenau, à dix mille pieds de hauteur, deux lumières de couleur orange grandes et brillantes se sont élevées à une grande rapidité du sol vers nous. A notre altitude, ils ont suivi notre avion pendant environ deux minutes. Il nous est apparu qu'ils se trouvaient sous un contrôle parfait (d'opérateurs terrestres). En s'éloignant, son feu a paru s'éteindre." Tel était le rapport concis de McFalls et de Backer, membres du 415e escadron des Etats-Unis, les premiers à rompre le silence forcé autour de l'apparition de lumières volantes étranges. Beaucoup de descriptions comme celles-ci ont rapportées durant la Seconde Guerre Mondiale, faisant ainsi apparaître le nom des Foo Fighter (chasseurs de feu).

Apparemment le rapport par Wilking apparaît également dans le Fortean Studies et dans "Mysteries of the Skies: UFOs in Perspective" par Gordon Lore et Harold Deneault, et plusieurs autres sources ufologiques.



ME - 163

Discussion:
Dans le rapport Condon, Martin D. Altschuler dit que les Foo Fighters étaient des feux de Saint Elme. Cependant, ce ne peut pas être l'explication correcte pour ce cas, il suffit de lire c que sont les feux de Saint Elme dans le texte d'Altschuler ou d'autres descriptions pour comprendre qu'il n'apparaît pas en tant que grande lumière orange, ne s'élève pas de la terre vers des avions, ne suit pas des avions et ne vole pas au loin après deux minutes. D'autres phénomènes de plasma tels que la foudre en boule ne s'appliquent également pas. Pour moi, la description de l'équipage des actions de la grande lueur orange ne peut pas correspondre à des phénomènes naturels. La possibilité qui vient à l'esprit immédiatement est un autre avion. Cette idée est renforcée dans le fait que le même équipage a rapporté une autre lumière, une flamme rouge, la nuit suivante, et a ajouté que quand cette autre boule de lumière en se retournant "est apparue sous la forme d'un avion."

Dans ce contexte, et avec la brièveté du rapport original, il n'est pas déraisonnable de considérer que l'équipage pensait vraiment qu'ils ont observé une certaine sorte d'avion. Un contexte de soucoupe volante ou OVNI n'existait pas alors, ainsi un rapport et une description d'une lumière ne comporteraient aucun élément qui suggère qu'ils n'aient pas pensé que c'était une certaine sorte d'avion de construction humaine. Il est également évident qu'aucune manoeuvres extraordinaire n'est rapportée en dehors de la montée initiale. Car la boule de la lumière suit l'avion pendant deux minutes, seulement la vitesse classique d'avion semble être en jeu, avec peut-être un dépassement. Si la boule de la lumière était un avion, ce ne peut cependant pas avoir été un avion très familier, autrement l'équipage aurait tenté de donner une opinion à son sujet. Ce ne peut pas être un avion ennemi très conventionnel, ou très proche, parce qu'un combat aurait probablement résulté de la rencontre.

Il s'avère que l'équipage n'a pas pensé que c'était un avion ordinaire et ils n'ont pas réagi comme ils l'auraient probablement fait s'ils avaient pensé que ce peut être un avion ennemi. Le rapport n'aurait pas commencé par une phrase telle que "Encore des Foo Fighters dans le ciel la nuit passée." Ainsi je me suis demandé s'ils pourraient avoir rencontré un certain nouvel avion allemand sans armes ou qui n'est pas en mission de combat, qui émettrait une quantité peu commune de lumière de sorte qu'il apparaisse comme une lueur orange, qui puisse monter rapidement et assez droit depuis le sol. En regardant les rapports de Foo Fighters en général, il est évident que la majeure partie ne sont aucunement des avions. Mais ceci ne signifie pas que tous les rapports de Foo Fighters ne sont pas causés par des avions. Certains pourraient l'être, particulièrement ceux vus la nuit, le ciel étant noir quand cette observation s'est produite.

Le Messerschmitt 163 "Komet", comme son nom l'indique, serait brillamment lumineux de nuit: c'est le premier avion fusée utilisé au combat au monde. Il atteint 9000 mètres d'altitude en 2 minutes, ou 12000 mètres en 3 minutes, peut encore manoeuvrer 3 à 4 minutes, puis quand le carburant est épuisé, il redescend en planant, fusée éteinte.
A partir de février 1944, les Komet étaient justement construits dans la Forêt Noire, non loin du lieu de cette observation. En juillet 1944, 16 Komet sont en service, leur nombre se montera à 250 à la fin de l'année 1944. Audacieux, l'avion a été une catastrophe en opération, avec 80% d'entre eux détruits dans des explosions de son carburant dangereux au sol. Les pilotes mettaient leur colonne vertébrale en triste état lors des décollages. Les interceptions de bombardiers se passaient mal parce que le Komet allait trop vite, et ils étaient souvent détruits par les chasseurs P-51 Mustang qui protégeaient les bombardiers une fois qu'il devait se poser en planant à vitesse alors bien moindre. Bien qu'il y ait eu plus de 400 Komet construits, ils n'ont détruit que 9 bombardiers alliés, ce qui en fait un des avions militaires les plus inefficace jamais construits.

En principe, le Me163 Komet volait de jour et non de nuit. Mais il n'y a rien d'impossible à une telle tentative. Bien que rien ne rende cette explication solide, il n'est pas exclu que ce que l'équipage du Beaufighter ait vu cette nuit là soit deux Me 163 des usines proches tentant un vol d'essai de nuit. Il est regretable qu'aucune donnée du radar de bord du Beaufighter ne soit fournie. Le Me163 était capable de voler à 979 km/h, une vitesse au-delà de la compréhension pour des pilotes américains à ce moment-là. Mais si les données de radar avaient indiqué une vitesse encore plus haute, l'explication possible par un Komet pourrait être rejetée. Il n'est pas impossible dque les données dorment toujours dans les archives Américaines. Les manoeuvres rapportées semblent bien compatibles avec le Komet: Une montée depuis le sol, un vol à niveau, un virage avec un éloignement, et l'extinction de la fusée.

***L'INCIDENT FOO FIGHTER DE L'ATOLL DE TRUK, 2 MAI 1945

Les archives de la 7e armée aérienne de bombardement de lUS Army Air Force au NARA ont ce rapport, source primaire pour cet incident.

Le rapport indique:

QUARTIERS GENERAUX XVII Commandement du Bombardement
APO #244
MISSION REPORT NO. 11-327
DATE: 2 MAY 1945 (GCT).

OBSERVATIONS: L'équipage de l'avion #616 au-dessus de l'île de FALA, atoll de TRUK, à 021802Z a observé 2 objets aéroportés à leur altitude de 11.000 pieds changeant d'un rouge de cerise en orange, et en une lumière blanche qui s'éteignait et devenat alors de nouveau rouge cerise. Ces objets étaient dehors du côté de chaque de l'une et l'autre aile et pas dans la portée de tir des miltrailleuses de calibre 50. Toutes les deux ont suivi le B-24 à travers tous les types d'action évasive. Un B-24 a pris le caprt vers GUAM et un des poursuivant s'est laissé tomber au loin à 021900Z après avoir accompagné le B-24 pendant une heure. L'autre a continué à suivre, n'approchant jamais de plus près que 1000 mètres et accélérant quand le B-24 est passé à atrvers des nuages pour émerger de l'autre côté en avant du B-24. Dans la lumière du jour on l'a vu comme étant de couleur argentée brillante. Pendant que les B-24 descendaient vers GUAM, le poursuivant a pris un cours de 330 degrés à 15.000 pieds à 20.000 pieds d'altitude à 022130Z. Un B-24 a a rencontré huit flammes intenses de couleurs vert clair, dont une a éclaté et est rsté suspendu à 5.000 pieds à 021013Z. Il n'y avait aucune traînée ou signe préalable jusqu'à l'éclatement effectif. Un B-24 a rapporté 9 à 10 traînées de type traçantes rouge feu jusqu'à 5.000 pieds. Elles sont arrivées par paires et l'une des paires a l'une des paires s'est approchée jusqu'à 50 ou 100 mètres de la queue du B-24 à 021010Z. La source de chaque paire était à un endroit différent."

Jo Chamberlin, dans un article de 1945 sur les Foo Fighters publié dans le magasine American Legion, fournit ce qui est la première source secondaire :

... Loin au sud, un B-24 Liberator était à 11.000 pieds au-dessus de lagune de Truk, quand deux lumières rouges sont montées rapidement d'en dessous, et ont suivi le B-24. Après une heure, une lumière est revenue. L'autre a continué à les suivre, parfois derrière, parfois bord à bord, parfois en avant à environ 1.000 mètres, jusqu'à un point du jour où il s'est élevé à 15.000 pieds et est resté au soleil, comme un chasseu Japonais en guêt, mais n'est jamais descendu. Pendant le vol, la lumière a changé de rouge en orange, puis blanc, et de nouveau à l'orange, et a semblé être de la taille d'un ballon de basket. On n'a observé aucune aile ou fuselage. Le B-24 a contacté par radio les stations de radar de l'île pour voir s' il y avait des avions ennemis dans le ciel. La réponse était: "aucun." De curieuses affaires, pour lesquelles beaucoup de solutions ont été avancées, avant que la guerre ne soit finie, et depuis. Aucune d'elles ne d'impose. Le point important est: Aucun B-29 n'a eu de dommage à cause des boules de feu, bien que personne ne savait ce que l'avenir réservait. Les Japonais essayaient désespérément de soutenir leur défense de toutes les manières possible contre les attaques aériennes, mais sans succès. Nos B-29 ont continué à faire pleuvoir la destruction sur les cibles militaires japonaises, et a finalement laissé tomber la bombe atomique. Naturellement, les autorités de l'armée américain au Japon ont essayé de trouver le secret - mais il peut être caché tout comme il semble l'être en Europe. 


 
***L'INCIDENT FOO FIGHTER DE SPEYER, FIN NOVEMBRE 1944

Le cas:
La source primaire semble être l'article célèbre de 1945 par Jo Chamberlin sur les foo fighters, qui dit:

"Mais quelques nuits plus tard [fin novembre 1944], le Lieutenant Henry Giblin, de Santa Rosa, Californie, pilote, et le Lieutenant Walter Cleary, de Worcester, Massachusetts, observateur radar, volaient à 1.000 pieds d'altitude quand ils ont vu une lumière rouge énorme à 1.000 pieds au-dessus d'eux, se déplaçant à 200 miles par heure. Comme l'observation était faite une soirée de début d'hiver, ces hommes ont décidé qu'ils avaient peut-être mangé quelque chose qui n'était pas pas très bon et ne se sont pas précipités pour rapporter leur expérience."
Cette version de l'histoire a été republiée de nombreuse fois ensuite, comme par exemple dans les "Fortean Studies" N.7.

Pendant la deuxième guerre mondiale, Renato Vesco était un très jeune ingénieur en aéronautique, et après la guerre il a écrit des articles et des livres concernant les armes secrètes allemandes. Selon un texte qui paraît sur plusieurs sites Internet, il indique:

"Le 27 novembre 1944, un B-27 de l'US Air Force, retournant d'une incursion sur Speyer, Allemagne de l'ouest, a rencontré une lumière colorée énorme et orange se déplaçant vers le haut à une vitesse estimée de 500 miles par heure. Quand les pilotes l'ont rapporté, le radar du secteur avait fait un rapport négatif, parce que rien ne s'était enregistré sur l'écran."
La même histoire a été apparemment rapportée dans le magasine d'ufologie français "Phenomena", le bulletin du groupe disparu "SOS-OVNIS" avec les détails additionnels que c'était à 08:26, que c'était un sphère orange énorme, à une altitude de 450 mètres et l'équipage est décrit en tant que "un équipage de chasse" plutôt qu'un équipage d'un bombardier.

Dans le catalogue de Dominique Weinstein, le cas apparaît avec la même date et lieu, comme celui d'une sphère orange énorme vue à minuit par un chasseur P-70 du 415e escadron de chasse de nuit de l'USAAF. W.A. Harbinson [har] fournit d'autres détails, indiquant que les témoins étaient les pilotes Henry Giblin et Walter Cleary, qui ont déclaré que dans la nuit du 27 novembre 1944, ils avait été harcelé à proximité de Speyer par "une énorme lumière brûlante" qui volait au-dessus de leur avion à environ 250 miles par heure.

Un site Internet anonyme indique que le 27 novembre 1944 à Speyer, Allemagne, "un grande boule de feu rouge a volé parallèlement à l'avion de chasse des Lieutenants Henry Giblin et Walter Cleary. Ils ont tenté des manoeuvres évasives, mais l'engin pouvait suivre leurs mouvements. Après un moment, l'engin a accéléré au loin au-dessus de l'altitude maximale de l'avion de chasse." Un site Internet britannique indique que le 27 novembre 1944 tandis qu'à proximité de Speyer, à une altitude de 1.000 pieds, le Lieutenant H. Giblin et l'observateur W. Cleary étaient poursuivis par une énorme lumière brûlante qui a volé au-dessus de l'avion à une vitesse de plus de 200 miles par heure.

Commentaires:

L'avion ne pouvait pas avoir été Martin B-27 puisque cet avion était seulement un projet et a été abandonné en 1940, aucun prototype n'étant construit. Ceci jette le doute sur la version de Renato Vesco, qui se rapporte également inexactement à "l'Armée de l'Air des Etats-Unis" (USAF) qui a été formée réellement en 1947 tandis que les forces aériennes américaines étaient les Armées de l'Air de l'Armée des USA (USAAF) à ce moment. Tandis qu'il y a beaucoup de cas bien mieux documentées de foo fighters, celui-ci pourrait être inventé, ou plus probablement, un mélange d'autres cas. Renato Vesco est devenu sans qu'il n'y puisse grand chose un héros des cultistes des "soucoupes volantes nazi", et est prétendu être un "expert" qui a travaillé sur de tels projets, mais en réalité il était trop jeune alors pour tenir une telle position, il n'a pas travaillé pour les Allemands, et il fait ici une erreur flagrante ici en disant que l'avion était Martin B-27.

Au contraire, la version de Jo Chamberlin est très probablement totalement correcte. Chamberlin énumère d'autres observations de foo fighters par le 415e escadron de chasse de nuit, et j'ai découvert qu'ils sont généralement confirmés par les rapports officiels. D'autres sources mentionnent comme avion de chasse de nuit le P-70, un bombardier et un entraîneur converti de façon assez inefficace, qui avait une batterie de canons tirant vers l'avant, et une mitrailleuse manuelle unique en position dorsale qui a plus tard a été remplacée par une tourelle Martin de deux mitrailleuses. Mais le P-70 était très inefficace, et avait été remplacé par des Bristol Beaufighters britanniques au 415th NFS au début de 1944. L'avion pourrait donc avoir été un Beaufighter. Les Beaufighters se sont montrés seulement modérément efficace dans ce rôle, et d'ici l'été de 1944, ils étaient partiellement remplacés le bien plus efficace Northrop P-61 Black Widow.
Donc, les événements réels ont très probablement été:

Vers la fin novembre 1944, le Lieutenant Henry Giblin, de Santa Rosa, Californie, pilote, et le Lieutenant Walter Cleary, de Worcester, Massachusetts, observateur radar, pilotaient un P-70 en mission d'entraînement ou un Beaufighter ou un P-61 en mission de combat à 1.000 pieds d'altitude près de Speyer en Allemagne quand ils ont vu une lumière rouge énorme à 1.000 pieds au-dessus d'eux, se déplaçant à 200 miles par heure. Les hommes ont pensé qu'ils ont eu des visions ou n'ont pas osé passer pour des farfelus et ont rapporté l'observation seulement après que d'autres pilotes de cette même unité aient rapporté plusieurs autres observations de foo fighters, et c'est pourquoi leur récit n'apparaît pas sur les journaux de combat du 415e NFS. Ce que la lumière rouge énorme au-dessus d'eux pourrait avoir été est impossible à dire car dans l'état des choses maintenant il y a un manque de données. La chose n'a de toute évidence pas volé plus rapidement qu'un avion ne le peut, aucune manoeuvre exotique n'est rapporté, aucune poursuite, aucun combat, aucune forme exotique.



ENCORE D'ACTUALITE

Des documents concernant des incidents avec des foo fighters sont encore en train d'être mis à jour même maintenant plus de 50 ans après la fin de la deuxième guerre mondiale. En 1992, le chercheur Barry Greenwood de Citoyens Contre le Secret OVNI (CAUS) s'est rendu aux archives nationales US à Suitland, dans le Maryland et a localisé quinze "Rapports de Mission" du 415e escadron de chasse de nuit, couvrant une période entre septembre 1944 et avril 1945.

Voici deux échantillons:

"Le 22-23 décembre 1944 - mission 1, 17:05 - 18:50. Dirigé vers cible vers 17:50, avons eu contact de l'A.I. [radar d'interception de l'avion] à 4 miles de distance vers Q-7372. Surcharge et pas pu reprendre le contact. A.I. s'est éteint et météo devenue mauvaise donc retour à la base. Observé 2 lumières, dont une a semblé s'éteindre et s'allumer à Q-2422. "13/14 février 1945 - mission 2, 18:00 - 20:00. Environ 19:10, entre Rastatt et Bishwiller, avons rencontré des lumières à 3.000 pieds, deux groupes de lumières. Sommes dirigés vers eux, un groupe s'est éteint et l'autre est monté directement 2-3.000 pieds [600 - 900 mètres], puis s'est éteint. Retourné à la base et regardé et encore vu les lumières revenues à leur position originale."

(Greenwood, Barry, "More Foo-Fighter Records Released," Just Cause, No. 33, CAUS, septembre 1992.)

On a suggéré comme explication, à l'époque et encore aujourd'hui, qu'ils s'agirait de prototypes d'armes anti-aériennes de l'autre camp, des feux de Saint Elme (ce sont des lueurs d'électricité statique) et des identifications erronées d'autres ennemis.

(Chamberlain, Jo, "The Foo Fighter Mystery," The American Legion Magazine, décembre 1965;
Article de l'Associated Press, "Nazi Fire Balls May Be Kind of Ball Lightning," New York Herald Tribune, 3 janvier 1945; nombreux autres articles de presse.)

Pour accepter les explications ci-dessus, il faut nier les talents d'observation de centaines de pilotes de combat expérimentés et de leurs équipages dont la survie dépend de leur capacité d'identifier un objet dans les airs et d'y réagir. Dans certain cas il faut évidemment aussi admettre que les radars détectent des objets qui n'existeraient pas vraiment.

- Haut de page -

 
 



Créer un site
Créer un site