OVNI - Kelly/Hopkinsville 1955 -

Ces événements se sont produits dans la nuit du 21 au 22 Août 1955, près de la petite ville de Kelly, et de la petite ville de Hopkinsville, dans le secteur rural de Christian County dans le Kentucky, Etats-Unis.



Dessin d'un des témoins.

"Lucky" Sutton, comme ses amis et voisin l'appellent, était le "patriarche" de cette famille très "bluegrass". Un certain Billy Ray Taylor, de Pennsylvanie était à ce moment là en visite chez les Sutton, il avait quitté la maison pour aller chercher de l'eau au puit, il n'y avait pas d'eau courante à la ferme Sutton. Au puit, il a vu une soucoupe volante brillante passer au dessus de la ferme et se poser à environ un quart de mile plus loin dans une ravine. Courant vers la maison, il a rapporté son observation avec excitation, et aucune des onze personnes n'a voulu le croire, personne ne sortit même de la maison pour vérifier. Cependant, au-dehors, le chien de la famille s'est vite mis à aboyer comme un diable dehors. Comme cela se fait dans les campagnes du Kentucky en ce cas, Lucky et Billy sont sortis voir ce qui se passait. Le chien s'était caché sous la maison et on ne le verra plus de la soirée.


Deux dessins de deux témoins différents.

Lucky et Billy n'allèrent pas loin, figés sur place par la vision incroyable d'une tache lumineuse avançant vers eux, qui en se rapprochant apparut être une créature haute d'un mètre, qui avançait vers elles avec les bras vers le haut, comme pour se rendre. Cette créature des plus bizarres a été décrite comme ayant "deux grands yeux lumineux jaunes, plus sur le côté que dans un visage humain, une longue bouche mince, de grandes oreilles, des jambes courtes et minces, des bras très long et de larges mains finissant par des sortes de serres."
L'un s'empara d'un pistolet, l'autre d'un 22 long rifle, projetant de tirer d'abord, et de poser les questions plus tard, comme il est de coutume. Quand la
petite entité fut à 6 ou 7 mètres d'eux, Billy et Lucky l'accueillirent avec un feu nourri. Les deux hommes ont par la suite bien précisé qu'il n'y avait aucune chance qu'ils aient manqué la créature à distance si courte, mais le petit être tomba simplement à la renverse, fit une roulade et fila se cacher vers les bois.



Deux autres dessins de deux témoins différents.

A peine les deux hommes eurent-ils réintroduit la maison, qu'une autre créature de même aspect, ou bien effectivement la même, apparaît à une fenêtre du living. Ils tirent, laissant un trou à travers la vitre, puis courent vers la porte pour voir dehors si la créature est morte. Alors qu'ils se tiennent sous le porche, les hommes ont été terrifiés par une main griffée tendu depuis le toit du porche pour attraper leur cheveux. Ils tirent, mais l'être flotte tout simplement vers la terre, et se met à couvert dans les buissons. Les deux hommes cherchent à nouveau protection dans la maison, mais ils vont se trouver sous le siège de ces petits hommes. Pendant au moins trois heures les entités taquinent la famille, apparaissant d'une fenêtre à l'autre. Prenant des projectiles tirés à travers les fenêtres en pleine poitrine, ils font des roulades arrières, s'en vont, reviennent, flottent dans les airs. Les armes sont totalement inefficaces.

A de nombreuses reprises les créatures approchèrent la maison, leurs bras levés au dessus de leur tête comme en une sorte de geste amical. Les deux hommes faisaient feu sur eux, la balle faisait un son métallique quand elle les touchait, comme si elle avait été tirée au fond d'un seau en fer. Les créatures étaient renversées, ou flottaient dans l'air, et filaient en se relevant ou à quatre pattes vers les fourrés, pour revenir encore quelques minutes plus tard. Les Sutton ont estimé qu'il pouvait y avoir eu une bonne douzaine de telles créatures les harcelant, lesquelles n'ont à aucun moment tenté de pénétrer la maison. Après trois heures d'angoisse puis de panique, avec trois enfants angoissés qui pleurent ou hurlent, la famille Sutton se décide à abandonner la maison et à chercher de l'aide au commissariat de police de Hopkinsville. La ferme est située plus près de Kelly, mais le poste de police la plus proche était à Hopkinsville. Toute la famille coure vers leurs deux voitures et ont rapporté leur conte étrange au shérif Russell Greenwell.



Enfin ils parviennent à
persuader les policiers qu'ils ne plaisantent pas, et ceux-ci accompagnent les hommes vers la ferme, utilisant plusieurs voitures. Mais à la ferme, la police ne trouve aucune trace des créatures, mais constate les nombreux trous de balle de fusil dans les fenêtres et les murs. Greenwell et sa vingtaine de policiers sont tous convaincus que les Sutton sont authentiquement effrayés par quelque chose, et tous sobres. Après une visite des environs, des rapports sur des "coups de feu tirés" et des "lumières dans le ciel" sont récoltés. Ayant fait tout leur possible sans trouver une explication rationnelle à ces événements étranges, et ne trouvant aucune preuve concrète de la présence de visiteurs extra-planétaires non plus, les policiers repartent vers environ 02:15 du matin. Les lieux retombent dans l'obscurité, les créatures font leur retour. Elles ont recommencé à jeter des coup d'oeil par les fenêtres, apparemment par pure curiosité. On tire encore, mais toujours sans effet. Plusieurs heures durant, ce tapage continue, s'arrêtant une heure et demi avant le point du jour.

Conclusion

Naturellement, l'opinion publique initiale était que l'histoire entière était un canular. Si c'était le cas, plusieurs questions doivent être posées. Pourquoi la famille Sutton composerait-elle une histoire aussi peu crédible? Ils n'ont fait aucun profit à partir de l'histoire, et n'ont pas cherché n'importe quelle publicité. Ils ont au contraire eu de nombreux dégâts pendant la nuit, et surtout les jours suivants quand des centaines de touristes venaient piétiner leurs champs. Pourquoi tireraient-ils des trous dans les murs de leur maison, les obligeant à financer avec leur faibles moyens les réparations? Au bout de quelques jours, les importuns étaient tellement nombreux qu'ils ont pensé demander un dollar de droit de passage sur leur terrain. Ils n'ont eu que peu de succès, mais dès ce moment la presse les qualifia d'escrocs, publia ce jugement et conclut l'affaire ainsi.

Comptant Billy Ray Taylor et Lucky Sutton, sept adultes furent témoins de ces événements. Tous, une fois interrogés séparément, ont fourni le même récit. Des croquis ont été réalisés pour décrire les êtres, et ils ont dépeint de façon essentiellement semblable les créatures. Un an après les événements, le cas a été étudié à fond par Isabel Davis, qui a rapporté que les histoires n'avaient pas changé. Alors que les années passaient, les comptes de la famille de Sutton n'ont pas varié. Aucune preuve d'un canular n'a jamais été avancée. Le cas a été également considéré par Bud Ledwith, qui était ingénieur à une station de radio de Hopkinsville. Le célèbre scientifique J. Allen Hynek, a également accepté les comptes rendus des Sutton. Hynek a discuté les détails du cas avec Davis et Ledwith. Bien que le cas de Kelly-Hopkinsville soit inacceptable pour le sens commun, il est considéré comme étant aujourd'hui authentique par de nombreux ufologues. En fait, il n'y a pas une seule raison de le rejeter, si ce n'est ses implications fantastiques.

Selon un texte des archives du Kentucky du Mutual UFO Network, un autre événement intéressant a eu lieu à Knoxville, Kentucky, le 22 Août 1955, avec une description semblable à l'événement de Kelly-Hopkinsville.

Dossier complet



La thèse du hibou par Arnaud Leclet

Joe Dorris, du Kentucky New Era, arrive sur les lieux la nuit de l'incident et le lendemain matin, où est publié son article (traduit en français) :

Toutes sortes d'investigations étaient en cours aujourd'hui en relation avec l'histoire bizarre de comment un vaisseau spatial transportant 12 à 15 petits hommes a atterri dans la communauté de Kelly tôt la nuit dernière et bataillé avec les occupants d'une ferme. La plupart des sondes ont été décrites comme opérées par l'armée de l'air. Plus d'une douzaine d'officiers de l'état, du comté et de ville des comtés de Christian et Hopkins se sont rendu sur les lieux entre 23 h et minuit et y sont restés jusqu'à 2 h du matin sans voir quoi que ce soit prouvant ou infirmant le récit au sujet du vaisseau et de ses occupants. La ferme est située sur la Route de Madisonville à environ 8 miles au Nord de Hopkinsville.

La propriété est occupée par Cecil (Lucky) Sutton, un de ceux ayant signalé avoir vécu le phénomène de la nuit dernière. Ils étaient quelques 10 ou 12 personnes à la maison, dont plusieurs enfants, mais les officiers enquêteurs n'ont pu déterminer exactement combien de ceux présents déclaraient effectivement avoir vu quelque petits hommes du vaisseau spatial. La seule autre personne que les officiers ont cité directement est Billy Ray Taylor. On raconte que Taylor est un visiteur de Pennsylvanie, qui a récemment fait un signalement similaire de vaisseau spatial. Ni Sutton ni Taylor n'étaient à la maison lorsque les officiers sont revenu sur les lieux ce matin. L'histoire a commencé vers 23 h la nuit dernière.. Les officiers alors au poste ont indiqué que les 2 autos contenaient au moins 5 adultes et plusieurs enfants. Tous semblaient très excités. Un porte parole de la foule relata comment quelque chose ressemblant à un vaisseau spatial ou une soucoupe volante avait atterri derrière leur maison près de Kelly et 12 ou 15 hommes, semblant faire 4 pieds de haut environ, étaient sortis du vaisseau et s'étaient dirigés vers la maison et livré bataille avec les occupants. Nous avons besoin d'aide, dit un des hommes, nous nous sommes battus avec eux pendant presque 4 h. 4 officiers de police, le chef Russell Greenwell, T. C. Gross, Dorris Francis, et Gray Salter, sont conduit jusque sur les lieux pour voir de quoi il retourne au sujet des petits hommes. Par radio, le contact est fait avec les Patrouilleurs d'Etat R. N. Ferguson Jr. et G. W. Riley et le Sheriff Adjoint George Batts, tous rejoignant la motorcade vers Kelly dans leurs propres véhicules. 4 MP sont également arrivés. Les discussions radio ont aussi amené 2 sheriffs adjoints du comté et au moins 3 patrouilleurs d'état du poste à Madisonville.

Les premiers arrivés trouvent la scène déserte. Tous les témoins qui avaient apporté les faits à Hopkinsville ne rentrent pas à la ferme de Kelly avant que les officiers ne soient arrivés et regardé l'ensemble de la situation. Les officiers ont signalé n'avoir trouvé aucune trace de petits hommes, ni de quelconque marque indiquant que quelque chose avait atterri à l'endroit indiqué derrière la maison. Il y avait un trou dans l'écran de la fenêtre à travers duquel les occupants ont indiqué qu'un coup avait été tiré sur l'un des étranges petits hommes. Le chef Greenwell et le Sheriff adjoint Batts ont déclaré avoir eu approximativement cette histoire des familles Sutton et Taylor encore terrifiées : Vers 19 h, un des hommes sortit de la maison pour prendre un seau d'eau. Il vit ce qui ressemblait à une soucoupe volante arriver au-dessus des arbres et atterrir dans un champ en un point à environ un paté de maison derrière la maison. Il n'y eut aucune explosion, seulement un son de semi-sifflement, et l'observateur retourna à la maison avec le seau d'eau. Un court moment plus tard quelqu'un signala que des petits hommes avec de grandes têtes et de longs bras approchaient de la maison. Les hommes furent décrits comme ayant d'énormes yeux et des mains hors de proportion pour leurs petits corps.



Les visiteurs portaient ce qui ressemblait à un plat en métal. Les hommes prirent leurs armes, un fusil de chasse pour Sutton et un pistolet de calibre 22 pour Taylor. Tantôt, un des petits hommes pressa son visage contre la fenêtre et un coup de feu fut tiré à travers la fenêtre. Le visage disparut. Les hommes décidèrent de sortir et voir si le visiteur avait été touché. Taylor était en avant et lorsqu'il émergea de la porte de face, une énorme main descendit le toucher du toit au-dessus de la porte et l'attrapa par les cheveux. Il la repoussa et les 2 hommes sortirent au large de la maison. Un des étranges petits hommes se trouvait dans un arbre voisin, un autre au sommet de la maison. Un coup de fusil de Sutton's toucha à nouveau un autre des hommes mais il ne sembla pas blessé. Il disparut dans l'obscurité. Taylor aurait ouvert le feu sur un autre membre de la fête de l'invasion, également avec peu d'effet. Les bataille continua pendant un moment. Lorsque les occupants de la maison virent leur chance de survie diminuer, ils sautèrent dans leurs voitures et conduisirent vers Hopkinsville pour chercher de l'aide. Le Sheriff adjoint Batts indiqua que les hommes lui dirent qu'en tout ils avaient tiré près de 4 boîtes de cartouches de pistolet de 22. L'officier cita un voisin déclarant avoir entendu tirer chez les Suttons mais ne distingua que 4 tirs environ et les prit à tort pour des pétards. La plupart des officiers restèrent sur le site pendant plus de 2 h. Durant cette période, ils étaient approximativement 25 personnes sur les lieux. La seule "scène" excitante durant la période des officiers fut quand un MP marcha sur la queue d'un chat alors qu'il marchait dans l'obscurité près de la maison.



Dessin d'un tes témoins

2 officiers qui retournent à la zone de Kelly tôt ce matin signalèrent avoir entendu que les “petits hommes” avaient réapparu autour de la maison des Sutton vers 3 h 30. D'autres enquêteurs venus à Kelly plus tard dans la matinée indiquèrent qu'on leur avait dit que Sutton et Taylor étaient partis à Evansville aujourd'hui. Les officiers ayant visité les lieux durant l'excitation de la nuit dernière étaient réticent à exprimer toute opinion aujourd'hui concernant l'invasion rapportée de Kelly. Tous les officiels semblent s'accorder sur le fait qu'il n'y avait pas de boisson impliquée. Frank Dudas, sergent de police déclara, “Je pense que l'ensemble de l'histoire est tout à fait possible”. Le sergent Dudas fut l'un des 2 policiers de la ville ayant signalé avoir vu 3 soucoupes volantes tôt un matin de l'été dernier. Il a déclaré, Je sais que je les ai vus. Si je les ai vus, l'histoire de Kelly peut très bien être vraie.

- Haut de page -

 
 



Créer un site
Créer un site