OVNI - Le Lac Chauvet -

Lac Chauvet (Puy-de-Dôme) - 18 juillet 1952. Extrait du livre de Guérin, 1994. "Bien des années après la parution du livre d'Aimé Michel, j'obtins communication des négatifs originaux de la soucoupe du lac Chauvet par l'entremise d'un lecteur de la revue "Lumières dans la Nuit" à qui Frégnale les avait prêtées. 



André Fregnale - Auteur des photos

Il y avait en réalité quatre images de format 24x36, prises à la suite sur une bande de film noir et blanc. Elles étaient précédées et suivies d'images sans
aucun rapport avec les photos de la soucoupe. Il n'y avait donc pas eu de tentatives multiples pour obtenir de "bonnes photos" de l'objet, ni de "ratés". J'examinai très critiquement les quatre négatifs à la loupe et au microscope, ce qui me fournit la certitude absolue de l'absence de toute retouche comme de tout artefact photographique naturel tels que reflets, taches de développement, etc. Il s'agissait bien d'images d'un objet extérieur, formé sur le film à travers l'objectif de l'appareil photo. D'autre part, ces images ne pouvaient pas résulter d'une surimpression par le biais d'une glace sans tain ou de tout autre procédé comme la double exposition (au demeurant impossible à réaliser avec l'appareil photo du témoin), car un tel artifice n'aurait pu laisser fortement sous-exposée la face intérieure sombre de la soucoupe sur laquelle se serait imprimé le fond clair du ciel. Les photos montraient donc un objet dans le ciel lui-même, mais quel objet ?
Je tirai avec soin des copies agrandies des quatre images en plein format (laissant voir les marges perforées du film), au moyen d'un excellent objectif
fournissant des agrandissements "piqués" et dénués de distorsion géométrique. Ces agrandissements reproduisent tout ce qu'il y a sur les négatifs originaux, à l'exception toutefois des données sensitométriques qui sont nécessairement altérées du fait de la non-linéarité des courbes de noircissement photographique. (Mais il est vrai que les négatifs originaux eux-mêmes, qui n'avaient pas été calibrés photométriquement avant développement, n'auraient pas pu se prêter plus à des mesures quantitatives des luminances).



Puis une fois ce travail fait, j'eus l'honnêteté et surtout l'imprévoyance de restituer la bande négative originale à la personne qui me l'avait prêtée et
qui la rendit aussitôt à Frégnale. J'appris bien plus tard que cette bande resta alors en la possession de ce dernier jusqu'à son décès. Frégnale était célibataire et avait vécu avec sa soeur également célibataire. Je pus retrouver l'adresse exacte de cette dame, qui était très âgée à l'époque. C'était elle qui détenait les documents laissés par le défunt, mais lorsque je lui demandai au téléphone, en 1992, si elle pouvait rechercher la bande de film montrant la soucoupe du lac Chauvet pour me la prêter, elle s'y refusa, arguant qu'elle était bien trop fatiguée pour faire des recherches dans la malle située à l'étage de sa maison où ces documents devaient se trouver, mélangés à d'autres. J'insistai sans succès et compris que je devais renoncer. J'avais alors commencé d'étudier à fond les photos et c'est ainsi que je dus me contenter de travailler sur les copies que j'en avais faites. Je certifie sur mon honneur de scientifique que ces copies n'ont été "retouchées" d'aucune manière et qu'elles sont la reproduction exacte des originaux (il est à craindre aujourd'hui que ceux-ci soient allés à la poubelle, ou soient destinés à y aller une fois la vieille dame disparue, qu'il y ait ou non des héritiers désignés).

Mais revenons vingt ans en arrière : dès l'année 1972 j'avais eu l'idée de faire état des photos du lac Chauvet (qui me paraissaient avoir des chances d'être authentiques) pour illustrer un article sur les Ovnis qui fut publié dans le numéro de septembre de Sciences et Avenir de cette même année. J'attirai alors l'attention du lecteur sur l'existence, sur la face inférieure sombre de la soucoupe, d'une large tache nettement plus sombre, en forme de bande partant de la zone centrale du disque et aboutissant à sa périphérie en un point paraissant situé à l'opposé du sens du mouvement allégué de l'objet sur les quatre images - cette bande passant progressivement de l'horizontalité sur les deux premières vues, à une position oblique orientée vers le haut à droite sur les deux dernières, à mesure que l'objet, par un effet de perspective, s'inclinait vers le bas à gauche sur l'horizon en s'éloignant. J'avoue qu'à l'époque, je ne voyais pas bien comment vérifier cette propriété supposée à partir d'une analyse rigoureuse des clichés.

C'est seulement en 1992 que, sur la suggestion de l'ufologue Joël Mesnard, directeur de la revue Lumières dans la Nuit, j'entrepris de réexaminer la
question et d'établir un modèle fondé sur cet alignement supposé de la bande sombre sur la trajectoire de l'objet, en prenant au mot les allégations du témoin relatives au mouvement de l'objet (en particulier l'horizontalité de sa trajectoire). 



D'autre part, l'étude des clichés me convainquit qu'il était possible de les "faire parler" bien au-delà de ce qu'un examen sommaire pouvait révéler
d'emblée : les quatre images successives permettaient en effet de rétablir sur chacune d'elles l'orientation de la ligne d'horizon, grâce aux détails du paysage ; la netteté des contours du disque sur les deux dernières images, comparée à celle des détails du premier et du second plan, éliminait toute possibilité que le disque soit une maquette suspendue à faible ou moyenne distance ; enfin la bande excentrée sous le disque fournissait une hypothèse sur l'orientation de la trajectoire.
Les données numériques ainsi obtenues à partir des mesures sur les clichés se révélèrent totalement compatibles avec le modèle dans lequel elles purent
s'insérer sans aucune contradiction interne, ce qui n'aurait pu être le cas si le modèle n'avait pas traduit la réalité. En outre, le modèle se montra prédictif, fournissant des informations nouvelles sur le comportement de l'objet.

Une telle démarche, qui est celle de la méthode scientifique, me permit ainsi d'établir la preuve de l'authenticité des photos. La soucoupe se comporte bien
comme le témoin l'avait prétendu, c'est à dire comme un disque volant éloigné parcourant une trajectoire horizontale rectiligne en conservant toujours une certaine inclinaison de son plan par rapport au sol, et non pas comme une maquette oscillant au bout de quelque fil invisible ou lancée en l'air à quatre reprises successives.



En conclusion et après de nombreux traitements des photos et développements de théories mathématiques sur la trajectoire de l'objet, nous pouvons conclure que: l'objet photographié et un engin en forme de disque de grande taille, situé à une grande distance du photographe dans le ciel. L'objet avait une trajectoire rectiligne et horizontale gardant une inclinaison permanente de 5 à 12 degrés. Le point visible sous l'objet est toujours resté aligné sous l'objet pendant les prises de vue, ce qui démontre qu'il ne peut s'agir d'un objet tenu par un fil ou alors un objet lancé en l'air[Guerin, 1994].

CANULAR ?

Les 4 photos de l'objet sont contigues. Elles sont de plus précédées et suivies de photos banales. Ces deux faits, extremement rares en ufologie, appuient très fort en faveur de l'authenticité de ces photos, de leur non-préméditation. Il n'y a visiblement pas eu plusieurs tentatives échouées avant d'obtenir la série "parfaite".
Or obtenir autant de photos (4), cohérentes entre elles et avec le paysage, contigues (sans "ratages") et au milieu de photos banales parait éliminer
d'emblée le trucage.

Néanmoins un lecteur sceptique et perspicace m'a fait remarquer que les films une fois développés sont toujours découpés par bande de 4 à 6 photos (format plus pratique qu'un rouleau pour le tirage et le rangement).
Donc, si ces 4 photos étaient seules, isolés sur l'un de ces segments, cela supprimerait l'argument "précédées et suivies de photos banales".
Evidemment seul l'accès au négatif original, hélas perdu depuis, permettrait de trancher définitivement. Néanmoins il faut noter que les 4 photos de l'objet portaient les numéros d'ordre 3, 4, 5 et 6 sur le film. Il est donc fort peu probable que le photographe ayant développé la pellicule ait tronçonné un premier bout comportant 2 images seulement (les N°s 1 et 2). 

Ce point reste toutefois intéressant à creuser : qui a développé le film ; coupait-on déjà les films en tronçons en 1952 ? De quelle taille ? Où est le négatif original ?

Est-ce un véritable "objet" ?

Le truquage des photos elles-mêmes est exclu. Pierre Guérin a eu accès aux négatifs originaux et a pratiqué tous les examens nécessaires y compris au
microscope. Je le cite (page 121 de son livre) : "Il s'agissait bien d'images d'un objet extérieur, formées sur le film à travers l'objectif de l'appareil photo. D'autre part ces images ne pouvaient pas résulter d'une surimpression par le biais d'une glace sans tain ou de tout autre procédé comme la double exposition (au demeurant impossible à réaliser avec l'appareil photo du témoin), car un tel artifice n'aurait pu laisser fortement sous-exposée la face inférieure sombre de la soucoupe sur laquelle se serait imprimé le fond clair du ciel. Les photos montraient donc un objet dans le ciel lui-même, mais quel objet ?".

Article de journal

Est-ce un véritable objet "volant" ?

C'est-à-dire auto-propulsé et non en phase balistique ? Pour nier cela , il n'y a pas 50 autres alternatives possibles. Passons les rapidement en revue.

1) Maquette suspendue par des fils quasi-invisibles

Cette hypothèse est facilement rejetée par Pierre Guérin. Non seulement l'analyse de la photo n'a révélé aucun "fil" de soutien, mais elle ne montre non plus aucun mouvement "oscillatoire", typique d'un objet suspendu.
Enfin et surtout, ce fil aurait dû être attaché à un support (une grue ?) d'au moins 60 mètres de haut, pour qu'il ne soit pas visible sur les photos
! Plus même probablement sur la photo où l'objet est le plus éloigné. Aucun amateur, même aujourd'hui, n'aurait les moyens de réaliser un tel exploit.

2) Maquette lancée en l'air "comme un frisbee" ?

Quatre lancers paraissent plus probables qu'un seul. Quatre lancers permettent a priori de mieux "régler" le trucage, et de s'autoriser plusieurs essais si l'engin n'adopte pas la trajectoire voulue. A condition bien sûr qu'ils soient effectués dans un laps de temps suffisamment court pour que les conditions météorologiques restent à peu près constantes (nuages, luminosité, etc.). En effet, les 4 photos étant contigues sur la pellicule, ne faire qu'un seul lancer oblige le truqueur à prendre les 4 photos en rafale, en espérant que sa trajectoire et la prise de vue seront également parfaites.



Aucune méprise avec un ballon-sonde !

Vitesse de l'objet ?

Certes l'évaluation de la vitesse de l'objet (inférieure à 170 km/h d'après les calculs de Pierre Guérin) repose uniquement sur le témoignage de André Frégnale. Il aurait pu "inventer" le temps séparant les 4 photos. Mais il faut noter qu'il lui aurait fallu pour cela faire quelques petits calculs mathématiques auparavant ! En effet la vitesse calculée par Pierre Guérin, correspond parfaitement au témoignage, qui parle d'un objet se déplaçant "lentement". Néanmoins convenons que cette vitesse assez "lente" n'est pas incompatible avec un trucage de type "lancer" (cela n'aurait pas été le cas si la vitesse avérée avait été de 2000 km/h par exemple).

Des conditions de lancer impossibles.

Tout d'abord il aurait été impossible qu'un objet (frisbee ?) lancé en l'air à la main et depuis le sol adopte la même trajectoire (rectiligne, quasi parallèle au sol) et la même vitesse (constante et élevé, de l'ordre de 150 km/h de mémoire). Un frisbee en effet, est soumis aux lois de la pesanteur et adopterait une trajectoire parabolique, ainsi qu'une vitesse variable (décroissante en général). Pour contourner cette difficulté, un sceptique du Québec, a proposé sur leur forum, que la maquette ait été lancée par un engin de type "ball trap", ou un dérivé. Cette astuce permet en effet d'obtenir une bonne vitesse d'éjection, et une trajectoire stable et quasi identique entre chaque lancer. Mais pour donner à l'objet une trajectoire à peu près rectiligne et parallèle au sol, il aurait fallu que l'engin soit disposé à environ 50 mètres de haut minimum (hauteur estimé de l'objet). Si on ajoute le fait que l'objet faisait au moins 1 mètre de diamètre (soit 4 à 5 fois la taille d'un plateau de ball-trap), on imagine la taille et le poids de l'engin. Hisser le tout à 50 mètres de hauteur et le manoeuvrer, donc avec l'aide d'un complice), ne devait être ni facile, ni discret !
Enfin, comme toutes les variantes de l'hypothèse "frisbee", cette solution est contredite par le point suivant.


Lac Chauvet en bas à gauche du Puy-de-Dôme

Des conditions de prise de vue impossibles.

La bande sombre sous la soucoupe, est dirigée vers l'arrière, et suit exactement sur les 4 photos le sens du mouvement apparent de l'objet. C'est d'ailleurs un cas unique, qui fait tout le caractère extraordinaire de ce cas. Or un frisbee doit tourner sur lui même à vive allure pour pouvoir rester en l'air (effet gyroscopique). Il aurait donc été impossible pour un photographe d'appuyer sur le déclencheur pile-poil au bon moment (ie : au moment où la bande sombre fait l'angle adéquat, angle qui pour compliquer le tout, n'est pas constant, voir les photos).

Prenons quelques hypothèses chiffrées :
Considérant en étant magnanimes, que l'écart angulaire autorisé est de 10 degrés, soit 1/36eme de la rotation maximale possible du frisbee.
Au premier lancer, le méchant fraudeur a donc 1 chance sur 36 que la bande apparaisse dans la bonne position (ie : dirigée vers l'arrière, dans le sens
opposé au mouvement).
Idem au second, au 3eme et au 4eme.
Au total il a donc (1/36) puissance 4 chances de réussir 4 photos consécutives avec la bande positionnée dans le bon angle.
Soit environ 6 x 10-7. Moins d'une chance pour un million, rien que sur ce seul facteur !
Le raisonnement est le même s'il y a eu un seul lancer. Pire même, si l'on tient compte de tous les autres facteurs de cohérence contenues dans les 4
photos, y compris avec les éléments du paysage.

Conclusion : C'est un véritable "objet volant".

Est-ce un véritable objet volant "inconnu" ?

Toujours dans l'hypothèse d'un canular, le seul objet volant connu qui pourrait expliquer ce cas serait une maquette volante, de type "drone" moderne. Mais
ce genre d'aéronefs n'existait évidemment pas en 1952. Même pas en tant que prototype militaire secret. Pour mémoire, la France vient seulement de voter un budget pour lancer les études et la constructions de drones militaires. Jusque là, ce sont uniquement les Etats Unis qui en avaient, et encore depuis une date bien postérieure à 1952.
De plus, il n'existe sur ces photos aucun moyen de propulsion visible : ni hélice, ni même réacteur (ce qui aurait été de toute façon bien au-delà des
possibilités d'un amateur de l'époque. Les "jets" étaient alors encore balbutiants, lourds et chers. Même encore aujourd'hui, l'immense majorité des aéromodélistes utilisent des modèles à hélice).

Enfin, le problème serait le même si l'on envisageait un mini dirigeable en forme de soucoupe. Si cette explication résoudrait effectivement la question de la portance, elle reste totalement incompatible avec la forte brise qui soufflait ce jour-là (60 km/h). Jamais un tel "ballon" instable par nature n'aurait pu être photographié 4 fois de suite dans des positions aussi rigoureusement compatibles avec une trajectoire rectiligne uniforme.
Objections "humaines"
La crédibilité du témoin ne fait aucun doute. Il n'a aucun antécédent de canular connu. Il n'a tiré aucun bénéfice, gain, ou publicité de cette affaire.
Il a même toujours nié avoir vu une "soucoupe volante". Ingénieur, rationnel, il a toujours essayé de proposer des solutions "naturelles" (agglomération de
poussières "cosmiques") qui ne tiennent évidemment pas la route.
De plus ce cas est vite tombé dans l'oubli, oublié de tous et même des ufologues, jusqu'à ce que Pierre Guérin, à la fin des années 90 ne l'exhume et en
fasse l'analyse. Ce qui n'a d'ailleurs rien changé à la notoriété (toujours faible) de ce cas.
Bref, il n'y a pas de "mobile". Ni le témoin, ni son entourage, ni le milieu ufologique n'en ont tiré un quelconque profit.
Et bien évidemment, André Frégnale n'a jamais reconnu que ce soit un canular. Ni sur son lit de mort, ni dans un testament. A quoi sert de faire un canular
si personne ne le sait ? Je ne connais pas d'exemple de ce genre.




Toujours concernant l'hypothèse d'un prototype secret à réaction (puisqu'aucune hélice n'est visible) :

Où est le réacteur, la tuyère de sortie ? D'où sortent ces gaz brulés ? On ne voit aucune structure saillante sous la soucoupe. D'ailleurs, vu la largeur, ce ne serait pas une tuyère cylindrique, mais un large évent très plat. Or AUCUN appareil à réaction n'a ça même aujourd'hui, sauf peut-être les tous récents B2 et autres avions secrets (furtivité oblige), mais c'est toujours officiellement secret. Alors en 1952 ... si des gaz brulés étaient éjectés, le bord arrière de la soucoupe serait flou, voilé par les gaz turbulents et chauds. Or, l'arrière de la soucoupe est optiquement ultra net, "comme découpé au couteau" dit Pierre Guérin. Aucune erreur possible, le soleil est dans son dos, et tape directement dessus.
Les tenants de l'hypothèse "soucoupe à réaction" arguent alors que l'ombre de la structure permet la visualisation de la traînée sous l'appareil, mais ,
qu'à l'extérieur de cette zone d'ombre , l'intense lumière du disque solaire atténue sensiblement sa visibilité du sol.
Certes, mais quand bien même :l'éjection de gaz chauds derrière la soucoupe devrait logiquement "flouter" le bord arrière, or il n'en est rien. Cet argument
n'est donc pas recevable.
AUCUN bruit signalé par le témoin !!! A basse altitude ! L'analyse photographique conclut à une altitude d'environ 600 mètres, et le témoin est formel :
l'appareil était totalement silencieux. Bien entendu les choses seraient différentes s'il se trouvait beaucoup plus haut, disons à 6000 mètres. Mais dans ce cas, sa taille atteindrait plus de 100 mètres de diamètre, ce qui paraît là aussi inconcevable pour un appareil militaire, même un prototype secret, de 1952.
De manière générale, toute tentative d'explication par un "prototype militaire secret" de l'époque se heurte à l'objection de bon sens suivante : 50 ans
plus tard ce secret n'est plus ! A l'évidence, aucune armée au monde n'a officiellement développé depuis des engins de type "soucoupe" (drone ou pas). Rien ne peut donc justifier le maintien d'un éventuel "secret" sur de tels essais supposés.

Conclusion : le cas Chauvet n'est pas un canular.


AGRANDISSEMENT DES 4 PHOTOS



Forts agrandissements (tous à la même échelle) des quatre images de l'Ovni du Lac Chauvet.
Il s'agit apparemment d'une soucoupe volante à base plate vue par en-dessous, en forme d'assiette renversée. Si nous pouvions la voir par le dessus elle
pourrait peut être ressembler à celle de McMinville (1950) ou Rouen (1954).
Les deux premières images sont affectées d'un flou de bougé important, surtout la première. Il semble que le photographe ait voulu suivre le déplacement de
l'objet dans son viseur en même temps qu'il déclenchait l'obturateur, mais il n'a pas su doser son mouvement.
Les deux dernières photos en revanche sont comme découpées au couteau, et leur netteté n'est limitée que par la granulation du film (objectif mis au point
sur l'infini).
Sur chacune de ces quatre photographies, on voit distinctement, sur le bord supérieur droit de la soucoupe, le liseré brillant dû à la réflexion de la
lumière du soleil par la tranche de l'engin.
Le dessous de la soucoupe est dans l'ombre, et l'on y voit la bande sombre allongée alignée sur la trajectoire et orientée vers l'arrière (vers la droite) à
l'opposé du sens du mouvement.
Cette bande sombre pointe légèrement vers le bas sur la vue 1 (l'objet achève de s'élever dans le ciel, venant de l'ouest), puis de plus en plus nettement
vers le haut sur les vues 2, 3 et surtout 4 (l'objet s'abaisse de plus en plus sur l'horizon, se dirigeant vers l'est).

ICI une enquête trés détaillée...Merci au webmaster de ce site.

- Haut de page -

 
 



Créer un site
Créer un site