OVNI - Paul Trent - McMinnville - 1950

Au soir du 11 mai 1950 près de McMinnville (Oregon), Evelyn Trent distribue de l'herbe aux lapins de la ferme. Tout d'un coup elle aperçoit un appareil au-dessus des bâtiments de l'exploitation. Elle appelle aussitôt son mari Paul, fermier, qui va chercher l'appareil photographique familial, un Polaroïd. Le fermier prend 2 clichés, de 2 points différents distants de quelques m. Il déclarera plus tard que le disque avait parcouru le ciel du Nord-Est au Nord-Ouest sans faire aucun bruit.

Les Trent n'attachent pas une importance excessive à ces clichés. Il reste encore quelques poses dans l'appareil et ils attendent que le rouleau de la pellicule soit terminé pour le donner à développer. Ils n'ont guère conscience de l'intérêt que pouvent représenter ces images, et c'est par hasard qu'un reporter du journal local en entend parler. La nouvelle se répand très vite. On s'arrache bientôt les photographies, qui sont reproduites dans Life et dans les plus grandes revues internationales. Agrandissement ici.



Ne comptant pas gaspiller de la pellicule, Paul Trent attend de l'avoir terminée, le jour de la fête des mères, avant de les donner à développer au
drugstore de la 3ème rue, à McMinnville. Ce jour-là, il en parle au banquier Ralph Wortman. Wortman prévient Phil Bladine, le rédacteur-en-chef du journal local, le Telephone Register (aujourd'hui le News Register), qui dépèche sur place le journaliste Bill Powell. Le jeudi 8 juin, l'affaire est publiée :Pas de tâche de café - pas hallucinations. L'appareil photo de Paul Trent, route 3, McMinnville, a capturé les photos ci-dessus d'objets volants qui pourraient très bien être les seules images existant des très controversées et souvent-raillées soucoupes volantes.



Paul Trent

Prises il y près de 1 mois depuis la cour de la maison de sa ferme à 11 miles au Sud-Ouest de McMinnville, les clichés de Trent furent dévoilés lorsqu'un journaliste du Telephone Register suivit un tuyau donné par Ralph et Frank Wortman, banquiers de McMinnville. Ils avaient vu les clichés et voulaient soutenir la véracité de la réputation de Trent. Trent était réticent à autoriser l'utilisation des clichés. "J'ai peur d'avoir des ennuis avec le gouvernement," s'inquieta-t-il.

Les 2 photos furent prises le 11 Mai avec le Kodak de Trent.

"On allait vers le soir - environ 8 heures moins le 1/4," dit la femme de Trent, Evelyn. "Nous étions dehors dans la cour. Nous avons vu l'objet tous les 2 au même moment. L'appareil photo ! Paul pensait qu'il était dans la voiture mais j'étais sûre qu'il était dans la maison. J'avais raison - et le Kodak était chargé avec une pellicule. Paul prit la 1ère photo. L'objet arrivait vers nous et semblait être légèrement incliné. Il était très brillant - presque argenté - et il n'y avait aucun bruit ni fumée."

Trent expliqua qu'il prit la 1ère photo, rembobina son film aussi vite que possible puis, alors que l'objet gagnait de la vitesse et tournait vers le Nord-Ouest, dû se déplacer rapidement sur sa droite pour obtenir la 2ème image. Toutes 2 furent prises en 30 s, estima-t-il.Taille ? Vitesse ? Distance ? Ni Trent ni sa femme ne se hasarderaient à faire une supposition. "Tout ce que je sais c'est qu'il se déplaçait terriblement vite," dit Trent. Les 2 photos indiquent clairement une super-structure et une ressemble au "sous-marin volant" vu par un pilote de ligne au-dessus des monts Cascade il y a près de 1 an.



Agrandissement ici.

Dès le lendemain Trent est assailli d'interviews et l'histoire se répand rapidement dans les journaux du pays, dont le leader de l'époque, Life, qui interroge Trent le 12 juin et publie les photos en Juillet. De nombreuses demandent affluent au Telephone Register. Certains, tels Frank Edwards (annonceur à la radio), ne veulent qu'obtenir des copies de l'article, alors que d'autres veulent témoigner de leur propres observations.Quelques critiques sont émises (les témoins ont parfois varié dans leur récit de l'histoire, les ombres font penser à une photo prise le matin plutôt que le soir), mais sans vraiment convaincre (répéter toujours la même histoire peut-être considéré comme une histoire apprise par coeur, dira Maccabee, et on ne voit pas pour quelle raison les Trent auraient menti sur l'heure de prise des photos).En juillet 1957 la Royal Air Force Flying Review consacre un article aux ovnis et publie une photo étrangement semblable à celle de McMinnville.



Sa légende
cependant, est différente : Ovni photographié au-dessus de Rouen en mars, cette année. A partir de cette date ces ovnis "jumeaux" alimenteront une controverse, certains y voyant un objet identique plutôt qu'une photo identique. On ne retrouvera cependant jamais d'autre trace de cet "ovni de Rouen" que cet article.En 1967 ces 2 clichés sont les seuls à ne pas être contestés par le Rapport Condon publié par l'USAF. Le rapporteur, William K. Hartmann, pourtant peu complaisant et fortement enclin au scepticisme, déclare que les éléments de l'enquête, qu'il s'agisse des photographies elles-mêmes ou du récit des 2 époux, permettent d'affirmer qu'un objet volant inconnu, en forme de disque metallique argenté avait été vu par 2 témoins alors qu'il traversait le ciel. Hartmann ajoute que l'hypothèse d'une mystification ne doit cependant pas être totalement exclue.

La clarté de l'arrière-plan et de l'avant-plan permettent d'évaluer la dimension et la distance de l'objet. L'enrichissement colorimétrique, en affectant à chaque nuance de gris une couleur différente, fait apparaître les détails avec plus de netteté. Ce procédé confirme le fait que le disque était solide, possèdait un diamètre de 20 à 30 m (1 m ?), se trouvait à environ 400 m de distance, et était constitué d'une matière hautement réfléchissante.En 1975, Maccabee acquiert les négatifs et entâme sa propre analyse. Il publie un rapport de 46 pages en juin 1982, puis un addedum de 6 pages en mai 1984.En 1977, Poher se saisit de ce cas comme exemple d'analyse photographique, dans le cadre des premiers travaux du GEPAN.

NEW REGISTER DU 15 mai 2001 :

Par PAT FORGEY du News-Register

Il pourrait y avoir quelque chose "là dehors" mais deux des observateurs les mieux informés du cas d'objet volant non identifié des années 50 à McMinnville indiquent qu'ils ne savent pas ce que c'est. "Je ne sais pas si les soucoupes volantes existent ou pas," a dit Phil Bladine, le rédacteur du journal retraité qui a publié à l'époque les célèbres photos. Son journal, un prédécesseur du News-Register appelé le Telephone-Register, avait entendu parler des photos prises par Paul Trent à sa ferme à l'écart de la route 18 à l'ouest de McMinnville, et avait envoyé un journaliste pour les rechercher.
Le journal les a publié dans ce qui est devenu sa plus grande édition jamais vendue, et les photos ont été depuis publiées dans le monde entier.
La chaîne des brasseries McMenamins ont récemment ouvert l'Hôtel Orégon à McMinnville et l'historien de la compagnie Tim Hills s'est intéressé à cette
histoire.




Pour le cinquante-et-unième anniversaire de la prise des photos Trent, les McMenamins ont réuni Bladine et le vidéographe Terry Halstead pour parler au
sujet des Trents et de leurs photos. Bladine et Halstead ont tout deux traité le cas en tant que journalistes, à la différence de la plupart des autres dans la communauté OVNI, et n'ont pas pris de position sur la question de l'existence des OVNIS. Tous les deux, cependant, étaient disposés à parler au sujet des Trent, de leurs photos et de leurs avis là dessus.
Bladine a raconté comment le reporter Bill Powell a cherché les négatifs des photos à la ferme des Trents, où ils avaient été mal rangés sous un Davenport. Ils ont projeté les photos sur le mur de la chambre noire du Telephone-Register, et n'ont pu voir aucun fils ni aucune autre indication de fraude. Bladine dit qu'il avait indiqué à Powell: "Et bien, pour moi elles apparaissent authentiques."



Avec cela, il y avait seulement une chose à faire. "Donc nous les avons publiées dans le journal," a-t-il dit. Une couverture par les média de nouvelles du pays, y compris le magazine Life, les radios nationales et la télévision, a eu comme conséquence tellement
d'intérêt pour l'édition du 8 Juin 1950 du Telephone-Register, qu'il a été forcé de ré-imprimer 10.000 copies supplémentaires de la première page pour satisfaire la demande. Normalement, le tirage du journal était environ un tiers de cela. Bladine a indiqué qu'il ne sait pas que ce qu'était ce que Paul Trent a photographié en deux images en 1950, mais il est convaincu que les photos elles-mêmes n'étaient pas un canular.



Edwards

"Nous savons que les Trent ne sont pas le genre de personnes qui font cela," a-t-il dit.
Halstead, qui a fait une vidéo documentaire du cas Trent, a indiqué que les Trent lui ont dit qu'ils ont été interviewés par des agents du FBI après que les
médias de nouvelles en aient parlé, mais Halstead a dit qu'il ne parvient pas à obtenir tous les rapports du FBI sur ce cas, que ce soit par Washington, ou par le bureau du FBI de Portland.

VIDE'OVNI


Le documentaire de Halstead a été réalisé au début des années 90, et comporte Paul et Eveyln Trent, qui sont décédés depuis. Il dit que sa recherche l'a mené à la même conclusion que Bladine, que les Trent disaient la vérité au sujet de ce qu'ils ont vu et ont photographié, mais
qu'il ne sait pas ce que c'est. Quand les amateurs d'OVNIS dans l'assistance au McMenamins ont posé des questions à Halstead sur d'autres cas d'OVNIS il a refusé de répondre, précisant qu'il est un vidéographe qui a couvert le cas Trent, pas un expert en matière d'OVNIS.

VIDE'OVNI


Témoignage des filles de Paul Trent.

Il a dit que le secret maintenu sur les OVNIS par le gouvernement éveille les soupçons, et qu'il y avait été confronté pendant des années alors qu'il
essayait d'employer la loi fédérale sur la liberté de l'information pour obtenir des informations sur le cas.
"Le gouvernement maintient un tel secret, que cela fait que vous vous posez des questions," a-t-il dit. L'historien Hills a dit que ses recherches concernant ce cas l'ont laissé convaincu lui aussi qu'il y a quelque chose là dehors. "Cela a fait de moi un
convaincu," a-t-il dit. "Je ne sais pas quoi d'autre penser."

On a trés souvent comparé les photos de Trent avec celles prisent à Rouen (photo du haut).

- Haut de page -

 
 



Créer un site
Créer un site