OVNI - Varginha, Brésil - 1997

En Avril 1997 plusieurs personnes sont témoins de l'écrasement violent d'un OVNI près de la ville de Varginha, au Brésil. Les pompiers municipaux, et ensuite l'armée, interviennent et s'interposent. Dans les jours qui suivent, d'autres personnes rencontrent des êtres non-terrestres tentant de se cacher ou de s'enfuir au quatre coins de la ville. L'armée, puis des agents en civils se livrent à une véritable traque, capturant voire tuant ces êtres, dont certains sont de toute évidence blessés. L'un d'entre eux est autopsié à l'hôpital de la ville, puis emmené en d'autres lieux. Les événements font grand bruit et sont rapportés par la télévision Mexicaine, puis font le tour du monde. En Mai 1997, un scientifique accusé d'avoir participé à l'autopsie des aliens décédés déclare qu'il ne pourra s'exprimer sur le sujet que dans quelques années. En Juin 1997, 15 témoins acceptent de parler et confirment l'implication de l'armée Brésilienne dans la capture des extra-terrestres. Un autre témoin rapporte qu'on lui a offert de l'argent pour se taire. 



Le cas de Varginha est unique en plusieurs de ses aspects. C'est tout d'abord une chance extraordinaire pour beaucoup de chercheurs d'avoir pu travailler sur un cas actuel et solide. Des ufologues comme Stanton T. Friedman et John Carpenter, qui pour beaucoup sont en quelque sorte l'"élite" de la discipline. Mais aussi pour des chercheurs Mexicains comme Ubirajara Franco Rodrigues et Vitorio Pacaccini qui furent les premiers à enquêter et firent connaître l'histoire. Des chercheurs comme Stanton T. Friedman qui est devenu un expert dans le cas légendaire de Roswell et savent comment fonctionne la machine à secret, ce qui se révèle essentiel en cette affaire et pour les recherches concernant le destin des aliens décédés et vivants qui auraient été transportés vers la base de Albrook au Panama.

HISTOIRE :

Autour de 00:00 le 19-20 Janvier 1997, LE NORAD ANNONCE LA DESCENTE D'UN OVNI:
Autour du minuit entre le 19 et le 20 janvier, le NORAD (commandement de la défense aérienne Nord-Américaine) entre en contact avec leur alter ego Brésilien
le CINDACTA (Centro INtegrado de Defesa Aerea e Controle de Trafego Aereo, soit Centre INtégré de Commandement de la Défense et du Trafic Aériens) et les préviennent qu'un OVNI descend au-dessus des parties méridionales de l'état de la Minas Gerais. Ceci est le témoignage qui a fui par un militaire Brésilien de l'Armée de l'Air et un employé des services de radars de la base aérienne VI Comar, qui a reçu l'information, le tout selon John Carpenter et Ricardo Varela Correa.

Autour de 01:30 dans la nuit du 20 janvier 1997 - Témoignages de l'accident d'un OVNI:
Le couple d'agriculteurs Augusta et Eurico Rodrigues ont été réveillés par l'agitation des vaches et des moutons de leur ferme. Alors qu'ils regardaient par
la fenêtre pour voir que ce qui se passait, ils ont vu les animaux courir en tout sens. Alor qu'ils ont regardé dans le ciel, ils ont vu un OVNI silencieux sans lumières. John Carpenter nous donne une description de l'OVNI: "C'était un "minibus" en forme de sous-marin qui tremblait comme un rideau et émettait de la fumée ou du brouillard tandis qu'il descendait à moins de 5 mètres au-dessus de la terre. Un témoin militaire admet maintenant qu'il s'est écrasé et qu'il faisait partie de la récupération de débris. Le matériel était tordu et de poids léger."

La ferme du couple Rodrigues est située dans une zone de café localisée à 10 kilomètres au nord-ouest de la ville de Varginha, à mi-chemin entre Varginha et Tres Coracoes. La maison se trouve au bord de la route. Et l'UFO est censé s'être écrasé entre 1:30 du matin et 5:00 du matin cette nuit.

Tôt le matin du 20 janvier 1997 l'OVNI est enlevé :

Un civil américain était présent quand l'OVNI en forme de cigare a été chargé à bord d'un camion à plateau tôt le matin du 20 janvier, un samedi, selon UFO
Magazine du Brésil.

Tôt le matin du 20 janvier 1997 - Des extraterrestres repérés:
Entre le site du crash allégué et les périphéries du parc Jardim Andere où l'EBE a a été repèré et capturé plus tard, s'étend une forêt. Un scénario
probable est qu'un certain nombre d'EBE ont survécu à l'accident et sont passé à pied par les bois et se sont retrouvés dans le parc de Jardim Andere à 6 miles au sud-est. Les gens du coin ont immédiatement associé ce vaisseau spatial à l'EBE qui est apparu 7 heures plus tard. Il y a également eu l'apparition de déclarations par une source militaire disant qu'un fermier (pas Rodrigues) a tiré sur un des EBE qui rampait hors de l'OVNI écrasé.



Ecole Militaire

08:00 du matin le 20 janvier 1997 - Premier ET capuré dans le parc de la ville:
Selon John Carpenter - ceci est la description du parc:
"Jardim Andere est une zone ou un quartier suburbain où quelques maisons sont en construction. Il y a une pente herbeuse allant vers quelques bois entre cette zone et la zone de Santana tout près."

L'étudiant de collège Hildo Lucio Galdino, 20 ans, qui vit dans la section de Jardim Andere de Varginha, a censément dit aux ufologues enquêteurs Ubirajara Franco Rodrigues et Vitorio Pacaccini qu'il a vu un des survivants extraterrestre peu après 08:00 du matin. Ouvrant la fenêtre de sa salle de bains, Hildo a regardé dehors et a vu une créature "ayant une peau brun foncé huileuse qui s'est tapi dans l'allée." L'étranger, que Hildo a décrit comme ayant de petites mains "avec trois doigts extrêmement longs, genre étoile de mer", a couru au loin quand Hildo a appelé dehors. La créature n'avait eu aucun poils et aucun habillement et avait 4 ou 5 pieds de haut.

De 07:00 à 10:00 du matin le 20 janvier 1997 - La chasse aux extraterrestres commence:
Plusieurs appels arrivent au département des pompiers (dès 7:00 du matin) au sujet d'un certain animal sauvage qui circule dans le parc Jardim Andere u nord
de la ville, comme un jaguar ou un peccari. Et dans une interview confidentielle enregistrée sur banque magnétique, un sergent de la station des pompiers confirme qu'à 9:00 du main le département des pompiers de Varginha a été appelé pour capturer un animal étrange dans le secteur. Quand quatre pompiers sont arrivés dans un camion, ils ont remarqué que ce n'était pas du tout un animal étrange, et ils ont également trouvé les militaires déjà sur place. L'homme responsable de l'envoi des quatre pompiers à Jardim Andere pour vérifier la situation était le major Maciel. Ces pompiers, au moment où ils sont arrivés là, ont appelé leur commandant par radio et lui ont demandé de les rejoindre car la situation était plus compliquée qu'ils ne l'avaient pensé.



Enlevé..........

Le major est
arrivé vers 10:30 du matin, mais à ce moment là la capture de l'ET était chose faite. Cela a été fait avec un filet pour animaux sauvages et il en employant des gants ordinaires, avec une peur des radiations. Selon des témoins sur les lieux, il y avait du monde, y compris des enfants qui ont jeté quelques pierres vers l'ET, qui a semblé apathique à la manière dont il a été traité. Il a seulement donné à entendre un bruit semblable a des abeilles qui bourdonnent. L'adresse d'où l'ET a été capturé est devant la maison au 3, Rua Suecia, Jardim Andere. L'ET a été ensuite placé dans une boîte en bois couverte avec une bâche en plastique blanc, bien tendue pour rendre vraiment impossible de voir à travers, et transporté au loin dans un camion de l'armée.

Les militaires et les pompiers sur l'emplacement étaient: 

Lieutenant Colonel Olimpio Wanderley - Chef des opérations
Lieutenant Tiberio
Captain Ramirez
Sergent Pedrosa - Sevice secret S-2 de l'Armée Brésilienne
Les conducteurs du camion de l'ESA (l'école militaire, à 25 kilomètres de Varginha dans la ville de Tres Coracoes):
le major Maciel, chef de la première opération de capture
le caporal Cirilo
le soldat Vassalo
le soldat De Mello

Tout ceci est soutenu par un témoin de l'intérieur du département de pompiers ayant l'accès à plusieurs des informations secrètes, et également par les
témoins civils comme Henrique Jose da Silva. Vitorio Pacaccini indique également qu'il y a preuve de l'existence d'un film vidéo tourné par l'armée d'un (ou plus) ET. Tout d'abord: de nombreux témoins ont vu le personnel de l'armée portant une caméra vidéo dans le parc de Jardim Andere le 20 janvier à 10:30 du matin. Deux reporters qui étaient à Varginha ont été également approchés par une personne qui s'est identifiée comme le cousin du fils d'un militaire de l'ESA. Cette personne a dit qu'il pourrait obtenir l'accès à un film enregistré à l'ESA montrant les créatures. Il l'avait déjà montré à son cousin, qui l'a alors offert à SBT (Sistema Brasileiro de Televisao - système brésilien de télévision), le deuxième grand réseau de TV au Brésil. Le garçon demandait 70.000 reais ($68.000). Il a visité la station et a discuté l'affaire avec le directeur de réseau mais n'a pas conclut l'affaire et plus tard le garçon a dit qu'il n'était plus en mesure de fournir la vidéo.



.........et transporté devant un témoin....!

Egalement, la fille d'un policier militaire (écolière de 16 ans) dit qu'elle a observé "un film horrible" qui a montré les créatures capturées. Comme le père de la fille a réalisé que la situation était dangereuse, il a disparu avec la bande. Pacaccini indique qu'il a beaucoup d'indices de ce que le film est encore à Varginha.

Matin du 20 janvier 1997 - Trois coups de feu:
Pendant que les pompiers capturent le premier ET vu, d'autres témoins encore ont observé des mouvements étranges. Un avocat de Varginha qui est un ancien
militaire a été témoin deux avions qu'il a identifiés comme des F-5, à très basse altitude. En tant qu'ancien militaire, il a remarqué que les avions n'étaient pas en formation habituelle mais formation d'attaque. Il a été également témoin des véhicules de l'armée près des bois (près d'où les pompiers ont capturé l'ET). Il passait par là et a vu un camion transporter environ sept soldats en uniformes de campagne verts (camouflés) et certains d'entre eux en vêtements civils.

Il y a bien plus de témoins de leur activité. Un ami de ce témoin était en un autre lieu et dit qu'il a entendu trois coups de feu et que les soldats sont revenus des bois avec deux sacs de campagne. L'un était immobile et l'autre avait du mouvement. Une autre source s'est présentée et a indiqué qu'un des soldats a tiré sur un ET trois fois dans le torse et que la créature est morte instantanément. Le fusil serait de type FAL (FAL - Fuzil Automatico Leve, ou fusil automatique léger). Les détails autour de ceci sont toujours en train d'être étudiés par le chercheur Claudeir Covo. L'opération des militaires et du département des pompiers a été jugée très silencieuse et rondement menée, la brigade du feu et les militaires se sont retirés autour de 10:30 - 11:00 du matin, avec la deuxième opération militaire (celle qui a tiré les trois projectiles).



On dit que l'ET pris dans un fielt a été emmené directement à l'Escola
de Sargento das Armas (ESA) - une école militaire dans la ville de Tres Coracoes, à 25 kilomètres de Varginha. Le lendemain le décompte éait de 6 ET vivants et deux morts mis au secret à l'ESA. Quelques civils curieux ont ratissé le parc tandis que le personnel militaire ou S-2 étaient partis dans ses camions, mais ils n'ont rien trouvé. Il y a également de l'information sur une opération plus tardive du S-2 (service secret d'armée brésilienne) après environ 19:00 - 20:00 le 20 janvier au cours de laquelle un nombre non défini d'ET a été capturé dans le parc.

Un décompte des 8 ET:

1 tué.
2 blessé (1 décédé ensuite).
5 vivants et non blessés.

13:30 le 20 janvier 1997 - des agents secrets:
L'avocat qui a fait l'observation autour du 10:30 mentionné ci-dessus dit qu'il a remarqué une autre équipe de recherche arrivant à 13:30 et s'arrêtant sur
le côté opposé d'un raccourci de terrassement, tandis que lui quittait son bureau. Un autre témoin parle d'une équipe de rechercher du S-2 en vêtements civils (il n'a pas pu être découvert comment ils ont été identifiés comme étant des hommes du S-2) autour de 13:30 - 14:30 dans le même secteur. Ces deux rapports sont probablement de la même opération. On pense q'ils n'ont rien trouvé.
 
LES 3 FILLES :

15:30 le 20 janvier 1997 - Trois filles tombent sur un autre extraterrestre:
Trois filles, deux soeurs - Liliane Fatima Silva (16), Valquiria Fatima Silva (14) et leur ami Katia Andrade Xavier (22 ans, ayant trois enfants), était sur
leur chemin du retour vers maison (elles vivent à Rua Tapajos - rue de Tapajos) revenant de leurs travail comme femmes de ménage. Pendant qu'elles marchaient au milieu de la voie dans le Jardim Andere (2 kilomètres du centre ville), Liliane Fatima a regardé au-dessus de son épaule gauche et a crié. Une créature avec trois protubérances sur la tête et une peau graisseuse et foncée était à environ 7 mètres du groupe à côté d'un mur d'un vieux garage. La créature s'accroupissait sur le sol comme si elle était blessée. Ceci vient du magazine brésilien "Isto E": "Il s'accroupissait, avec ses longs bras entre ses jambes", se rappelle la fille. "D'abord j'ai vu ses yeux, énormes et rouges." Effrayé, Liliane a tourné le dos à la créature, alors que sa soeur Valquiria et son amie Katia continuait à l'observer. "Il n'était pas animal ou humain, c'était une chose horrible", dit Katia. "Il a semblé sourd-muet, n'a fait aucun son", ajoute Valquiria. La créature, cependant, a semblé déplacer légèrement sa tête et les trois filles se sont enfuies en courant.



Liliane Fatima Silva, (16 ans) sa sœur Valquiria, (14 ans) et leur amie Katia Andrade Xavier, (22 ans)

Quarante minutes plus tard, la mère de Liliane et de Valquiria, Luiza Helena Silva (38), est allée sur les lieux rechercher ce qui avait effrayé ses filles (son mari Jose Lopes da Silva était au travail, comme conducteur d'autobus). Elle n'a rien trouvé excepté une odeur particulière que d'autres témoins, qui ont entendu la rumeur et se sont hâtés à l'endroit où l'ET a été vu, ont décrite comme étant celle de l'ammoniaque. La même odeur a été rapportée plus tard indépendamment par du personnel à l'hôpital général où l'ET a été apporté dans la soirée du 20 janvier.

Le Dr John Mack de Harvard, spécialiste des abductions, est venu à Varginha à la fin de mai et a eu une entrevue enregistrée avec les trois filles. Carpenter indique que Mack lui a déclaré:

"Il parierait sa carrière là dessus: ces trois filles disaient la vérité."

Après midi du 20 janvier 1997 - Suite de la poursuite des extraterrestres:
Pendant l'après-midi des gens observent un certain nombre de camions de l'armée qui patrouillent dans la ville et autour de 19:00 - 20:00, les militaires
d'Escola de Sargentos, avec des officiers du service secret de police militaire (appelé P-2) sont entrés dans le parc (selon John Carpenter cela 'est produit à 23:00) et ont encore capturé de nouveau un ET blessé (je n'ai trouvé aucun témoignage de cette capture). Cette capture était beaucoup plus discrète que la première (10:30 du matin), parce que les militaires sont arrivés en vêtements civils, à l'aide de véhicules civils. La créature était dans un secteur près des bois, où les militaires l'ont encerclée et l'ont attrapé.

Après midi du 20 janvier 1997 - ET emmené à l'hopital:
L'ET a été immédiatement emmené à l'hôpital général au centre de ville où le docteur a ordonné que la créature soit transférée à l'hôpital plus grand et
mieux équipé de Humanitas, où il était plus facile de maintenir et se cacher des civils curieux. L'hôpital de Humanitas est également situé à 1.5 kilomètres du centre de ville (Varginha a 3 hôpitaux en tout). Quelques infirmières et du personnel de l'hôpital général régional avaient confirmé certains faits et tout a été censuré. Des personnes qui ont eu des contacts avec la deuxième créature ont reçu le conseil d'éviter la presse et les ufologues et et de ne pas en parler, même pas avec leurs familles ou amis.

Le chercheur Ubirajara Franco Rodrigues a contacté une des infirmières qui était d'abord peu disposée à parler du chambardement à l'hôpital régional mais a plus tard a indiqué qu'une des sections de l'hôpital a été fermée pendant quelques heures afin d'éviter l'accès des employés, des patients et des visiteurs et que des médecins sont arrivés, qui n'étaient pas de Varginha. Selon son témoignage, le directeur a dit que tout ce mouvement devrait être ignoré, parce que "c'était juste une formation pour les médecins et le personnel militaire." Selon le témoin (l'infirmière) la réunion a culminée avec le rapport suivant du directeur: "Ici à Varginha il y a des gens qui aiment traiter de choses "cool", je veux dire, surnaturelles, étrange... Il est probable que ces personnes vous rechercheront, particulièrement cet avocat Ubirajara. REFUSEZ TOUT A CES GENS. J'insiste, niez tout."

La police et le personnel de l'armée gardaient la section fermée de l'hôpital pendant le temps où l'ET y était. Mais un certain nombre de civils ont vu la créature de près et les rumeurs se sont propagées. Un autre témoin, un ami d'Ubirajara lui-même, a indiqué qu'elle avait été dans l'entrée de l'hôpital à 22:30, ainsi qu'un ami d'elle. Elle a demandé au réceptionniste s'il ce que les rumeurs disaient au sujet d'un "petit monstre" reçu à l'hôpital était vrai. L'employé a confirmé, mais a également dit que la créature avait été déplacée vers l'hôpital Humanitas. On dit que ceci a été fait autour du minuit entre le samedi 2 janvier et le dimanche 21. Donc l'infirmière n'a probablement pas su que la créature était toujours dans l'hôpital en attendant d'être transporté, mais dans la section fermée. Le transport a été géré par les pompiers.

Le Capitaine Alvarenga de la brigade des pompiers nie toute participation de ses hommes dans un déplacement - maintenant fait - de l'ET à l'hôpital Humanitas. Mais juste avant qu'il l'ait démenti, Ubirajara avait été en contact avec le directeur de l'Hopital Regional, M. Adilson, qui lui a confirmé que le département des pompiers de Varginha avait participé au transport du cadavre. Le Capitaine Alvarenga a alors dit que c'était une erreur de M. Usier. M. Ulsier a ensuite démenti lui-même auprès de UFO Magazine Brésil, disant: "Nous ne pourrions pas garder un extraterrestre ici, nous ne pourrions pas le traiter, [nous ne nous occupons] que des humains."
 


Varginha

A l'hôpital les extraterrestres auraient traités par le docteur Rogerio (un orthopédiste). Il a déclaré: "Je ne comprends pas comment vous pouvez perdre votre temps avec ce genre de choses, c'est du non-sens. Il n'y a pas d'extraterrestres." D'un autre côté ce même docteur Rogerio a dit à un journaliste des Nouvelles de Varginha: "Je ne sais pas ce qu'il est (l'ET), ce pourrait être un monstre (humain), mais je n'avais jamais vu quoi que ce soit comme lui (auparavant)."

Soir du 20 janvier 1997 - extraterrestre décédé déplacé à l'ESA et ensuite à Campinas:
Pendant que tout ceci se passait, on rapporte que deux Américains prenaient une chambre dans un motel près de l'Hôpital Regional, avec un étrange
équipement. On les a vu plus tard à l'Hôpital Humanitas (avec l'équipement et une caméra vidéo) et au restaurant Churrascaria Gaucha, au 515 de l'avenue du Dr Campos Sales à Campinas, tard dans la soirée du 21 janvier. John Carpenter dit: "Des Américains ont été repérés pour s'être enregistrés dans un hôtel sous de faux noms , c'étaient apparemment des médecins. Je ne sais rien au sujet de n'importe quel équipement ou de leur présence à l'hôpital." On a interdit a tout autre personnel militaire de porter leur vestes et d'utiliser des magnétophones, des appareils photo ou des caméras vidéo. Les véhicules du département des pompiers et de la police militaire ont été vus en dehors de l'entrée avec six hommes, ainsi que deux hommes du service secret de l'armée et quelques médecins. Les deux agents secrets de service ont rencontré plus tôt un lieutenant du S-2, qui est arrivé dans une Volkswagen brun blanc (type Fusca) et s'est arrêté près du supermarché "Paes Mendonca," à Varginha. De là ils ont été envoyés à l'hôpital Humanitas et ont été vus entrant dans l'hôpital.

Mme Thereza Starace de Magalhaes Teixeira de Campinas a dit à l'ufologue Ubirajara que son mari, Adalberto, qui était à l'hôpital Humanitas pour une opération, a vu l'étranger mort transporté hors de la morgue sur un brancard. L'extraterrestre mort a été gardé à l'hôpital Humanitas pendant approximativement 30 heures avant qu'il n'ai été déplacé à l'Escola de Sargento das Armas (ESA), où le personnel militaire a été posté pendant l'incident entier. Ce déplacement de l'extraterrestre mort depuis l'hôpital Humanitas a eu lieu à 18:00 le 22 janvier et a eu plusieurs témoins. L'hôpital est situé tout près d'une petite route periphérique, qui mène directement à l'autoroute de Fernao Dias, qui relie Belo Horizonte à Sao Paulo, et cela a rendu le transport très discret. Cependant, les conducteurs des camions (3 en tout) n'aient pas semblé savoir ce qu'ils transportaient et ont été tenu en dehors du secteur de l'hôpital jusqu'à ce que le transport ait démarré.

Le même convoi serait parti de l'école à Tres Coracoes à 4 heures du matin, le mardi 23 janvier. Destination: Campinas (une bien plus grande ville a nord de l'état de Sao Paulo) où la "cargaison" aurait été livrée à une autre unité militaire, probablement l'Ecole de Préparation des Cadets de l'Armée. Toute cette opération a été coordonnée par le lieutenant-colonel Olimpio Wanderley Santos", dit M. Rodrigues. "Nous avons le témoignage d'un officier de l'Ecole de Sargento à Tres Coracoes qui a été directement impliqué dans l'opération. Il décrit en détail tout qui s'est produit pendant ces jours", ajoute M. Pacaccini. Dans un enregistrement de 42 minutes, cette personne dit que la décomposition avait déjà commencé et que quand le cadavre a quitté l'hôpital Humanitas son odeur était vraiment mauvaise.

Les interviews de certains des militaires qui ont participé à cette nouvelle opération, enlevant la créature de l'hôpital de Humanitas, ont déclaré que trois camions de l'armée ont été utilisés, chacun conduit par deux soldats différents. On pense que trois camions ont été utilisés pour enlever seulement un corps pour [empêcher] les soldats de savoir dans quel camion il serait transporté. Les conducteurs et leur [escortes] n'ont pas pu voir les détails des opérations, car ils ont été gardés en dehors du secteur de l'hôpital. Le personnel militaire du renseignement interne de l'armée (appelée les "S-2" au Brésil, des gens extrêmement violent et répressif) était responsable pour chercher le cadavre de l'intérieur de l'hôpital, le placer dans une boîte et ensuite dans un des camions.

Ceci a été observé par plusieurs personnes car la police avait stoppé tout le trafic pour dégager la route pour les trois camions et le convoi de jeep. 21 avril 1997 un autre extraterrestre vu:
Le 21 avril 1996, à 21:00, Mme Therezinha Gallo Clepf (67 ans), une femme au foyer, a aperçu une créature semblable (selon sa description) à celle que les
filles ont vue dans le parc en janvier.

Elle était à une fête au restaurant du zoo et était sortie pour fumer un cigarette sur le porche. Elle a vu la créature sur le parapet du porche, seulement au-dessus du cou. Mme Therezinha a été très effrayée et s'est figé sur place, restant de ainsi environ cinq minutes, regardant tout le temps la créature depuis une distance de 4 mètres, sans faire le moindre geste. La différence entre sa description et celle faite par les deux soeurs Da Silva et leur amie était que cette fois la créature avait comme un genre de casque sur la ête. Il était de couleur dorée. Cela l'a empêché de voir les oreilles de la créature. Le reste était la même description: la peau brune, brillante et huileuse, un visage arrondi, des yeux rouges, et par de joues, ni barbe, ni moustache ou nez, et à l'emplacement où nous avons nos lèvres il y avait seulement une découpe.

Fin avril 1997 - Décès mystérieux d'animaux du zoo:
Quelques jours après l'observation par Mme Therezinha de la créature en dehors du restaurant du zoo, cinq animaux ont été trouvés morts là. Le biologiste du
zoo, le Dr Leila Cabral, a trouvé des traces d'une certaine substance toxique dans un des animaux. La cause de la mort des autres est encore inconnue et non expliquée.

16 juin 1997 - Emission de TV:
L'émission de TV "Programa de Domingo" a identifié des hommes impliqués dans le convoi de trois camions qui a transféré les extraterrestres vers Campinas, à
environ 200 miles de distance, le 23 janvier à 4:00 du matin. Selon l'émission, le liettenant-colonel Olimpio Wanderley Santos commandait le convoi, accompagnée de deux officiers, le capitaine Ramirez et le lieutenant Tiberio, plus le sergent Pedrosa du S-2, le renseignement militaire brésilien. Le caporal Cirilo et le sergent Pedrosa conduisaint le camion du milieu avec les extraterrestres à l'intérieur. Les autres camions ont été conduits par le soldat Vassalo et le soldat De Mello. Une jeep (du type Engesa) faisait également partie du convoi. Et depuis l'école de préparation des cadets de l'armée, où le convoi est resté pendant 9 heures, l'extraterrestre mort a été pendant ce temps emmené à l'université de Campinas, où le célèbre Dr Fortunato Badan Palhares (il est le médecin qui avait pratiqué l'autposie du Nazi Mengele, il y a environ dix ans) a fait une autopsie de l'ET. Palhares, aussi bien qu'une autre autorité impliquée, dément une telle opération. Mais du personnel de l'université a été vu dans le parc de Jardim Andere, rassemblant des échantillons de sol et de végétation de là où on a rapporté qu'un des ET a été attrapé.


 
Et le chercheur Eduardo Mondini a trouvé ceci:

"Nous sommes parvenus à entrer en contact avec l'IML (Institut Médico-Légal) et les quartiers généraux de l'armée à Campinas, mais les deux autorités nient l'exhumation. Cependant, nous avons trouvé des militaires de Campinas qui ont prétendument vu un document sur le bureau de leur commandant, prouvant que l'ET avait été à Campinas. Nous avons obtenu d'un employé de l'IML l'information que du 20 au 26 janvier, il y avait eu mouvement militaire à l'intérieur d'IML, dans les tiroirs appartenant à l'armée, afin d'en retirer un cadavre." Il y a également l'information d'une autopsie faite à l'hôpital Humanitas de Varginha par la même docteur Fortunato Badan Palhares, et le Dr Coradin Nesve. Et que l'extraterrestre décédé plus tard a été emmené au cimetière d'Amarais près de l'université de Campinas, où il a été congelé pour expédition. Mais c'est probablement la même autopsie faite à l'université de Campinas que concerne la congélation postérieure du corps, aussi à Campinas.

A 21:00, les 6 ET vivants ont été conduits à l'aéroport de Campinas où ils ont pris mis à bord d'un bimoteur EMB [Embraer] Buffalo apparenant à la Forca Aerea Brasileira (l'Armée de l'Air brésilienne) et emmenés à Sao Paulo, où ils ont changé d'avion pour un avion de transport C-17 de l'Armée de l'Air des Etats-Unis. A ce moment on a fait marcher les E.T. pour monter à bord du C-17. et selon des sources dans la tour de contrôle de Sao Paulo, la destination du C-17 était la base aérienne d'Albrook au Panama. Et la piste se perd là... Nous ne savons pas si les deux extraterrestres morts étaient à bord. Mais le chercheur Claudeir Covo dit qu'il a receuilli des déclarations indépendantes de plusieurs gardes, selon lesquelles un des extraterrestres morts est toujours au laboratoire de l'Université de Campinas: 


"Trois militaires, un de Campinas, un de Jundiai et des un autre de Sumare nous ont fourni cette information. Ils ne se connaissent pas", assure Covo. Nous sommes sans aucun doute au sujet de l'existence réelle du laboratoire. Nous essayons maintenant d'en obtenir l'accès." Selon Covo, le laboratoire secret est gardé et occupé par le personnel militaire résilien. L'équipement ressemble à celui d'un film de science-fiction. Il est dirigé par Konradin Nesve II, un professeur allemand et expert en médecine légale. Les ufologues sont troublés par la découverte la semaine dernière de 25 cadavres d'animaux mutilés dans la zone de Souza, Campinas. Selon Covo, 13 chiens et 12 chats avaient eu leurs yeux extraits, apparemment à l'aide d'instruments d'une précision chirurgicale. Les organes sexuels des animaux masculins avaient été également découpés, ils ont ensuite été apportés à UNICAMP - l'université de Campinas. "Toutes ces circonstances pointent vers un certain type de recherche effectué par des extraterrestres sur certains animaux," dit Covo. Pour lui, ce cas pourrait être lié à celui de Varginha.

TOUT DEMENTIR 

- Qu'en est-il des déclarations des militaires, des pompiers et de la police sur cet incident?
Les militaires nient tout, jusqu'au point de dire qu'ils n'ont pas été au parc de Jardim Andere en dépit des témoins. Les militaires ont un problème car 17
personnes de leur propre personnel impliqué ont donné leurs témoignages enregistrés et même des témoignages enregistrés en vidéo. Parmi ceux-ci se trouve une cassette de 42 minutes où un officier militaire de position élevée donne chaque détail de leur participation (ceci selon investigateurs Rodrigues et Pacaccini). Les chefs militaires ont soumis les soldats de l'école militaire ESA à des ordres stricts de ne pas parler à la presse ou aux ufologues. Ensuite il y a le personnel de l'hôpital qui a témoigné et rédigé des rapports qui confirment l'histoire. A ceux-là, nous pouvons ajouter les rapports contradictoires du directeur de l'Hôpital Regional aux chercheurs et à la presse. Et finalement nous avons un grand nombre de fonctionnaire et de témoins civils "protégés" des plusieurs opérations et capture d'ET de l'armée dans Jardim Andere et les mouvements de convois.

A cela, s'ajoute un cas mystérieux où le fils d'un politicien local haut placé a été trouvé mort dans une cellule de la police par semaine après l'incident. Les militaires ont essayé d'expliquer l'incident entier comme causé par le décès et le transport de ce garçon à l'hôpital Humanitas. Les militaires veulent dire que tout est une confusion autour de cet incident non encore éclairé. Ceci vient de l'interview du Captain Calza par le "Wall Street Journal": "Le capitaine Calza dit qu'il ne peut se prononcer sur ce que les trois femmes ont vu en janvier. Mais l'activité sur la base ce week-end fatidique, insiste-t-il, était bien ordinaire: Les nouvelles recrues de l'école d'un sergent sont allés défiler et un convoi de camion a été conduit à l'atelier de réparations. Concurremment, à l'hôpital de la ville, des camions ont livré un nouvel équipement cardiovasculaire et une ambulance a déposé un cadavre, un corps humain, affirment les officiels."

Mais le garçon qui a été trouvé mort en sa cellule a été trouvé une semaine après l'incident allégué dans Jardim Andere et à l'hôpital. Et un militaire au camp de l'ESA a dit à Pacaccini (sur enregistrement vidéo) qu'il a vu un dossier concernant l'ET sur le bureau d'un officier. Dans le dossier, il y avait une description et un dessin de la main de l'ET. Le journal de Wall Street: à écrit ceci "On dit que la copie ressemble à ce à quoi ressemblerait une main humaine avec la paume à plat, et un espace ouvert entre l'annulaire et le petit doigt et et les trois autres doigts."

1-4 novembre 1997 - Congrès OVNIS:
Grand congrès international d'ufologie à Londrina, dans le Parana, Brésil. Les orateurs étaient A.J. Gevaerd, Pedro Cunha, Jenny Randles, Jerome Clark, le
Dr John Mack, Jorge Martin, Kevin Randle, Leah Haley, Marc Davenport, Tymothy Good, Vitorio Pacaccini et William Bramley.

1997, - Un témoin se voit offrir de l'argent pour démentir:
Un des développements les plus significatifs sont les quatre hommes qui sont arrivés à la maison de [Luisa Helena] da Silva, la maison de deux des filles
qui ont rencontré l'ET à 15:30 le 20 janvier. Les quatre hommes conduisaient une Lincoln Continental 1994 bleu marine avec des plaques d'immatriculation du de Distrito Federal (Brasilia, la capitale). Ils étaient en costumes Armani blancs et crèmes. Les quatre hommes, un brésilien et trois Américains, ont offert à Luiza Helena Fatima da Silva, la mère, 20.000$ si ses filles allaient à la TV pour y dire qu'elles ont inventé toute l'histoire. Les filles et leur mère ont refusé. "Ils ont dit qu'ils payeraient en argent comptant," "ils ont également dit qu'ils reviendraient mais nous ne pouvons pas cacher la vérité", dit Mme da Silva dans le numéro de juin de Revista UFO. Et nous savons qu'il y a eu dissimulation à l'école militaire en dehors de Varginha et que l'on a interdit à tout le personnel de parler aux enquêteurs comme Rodrigues et Pacaccini. Un soldat a été arrêté parce que l'officier senior a pensé qu'il était un risque pour la sécurité. Ceci a été confirmé aux enquêteurs par des personnes à l'intérieur de la base. Comme l'incident s'est produit pendant un week-end et que l'école militaire est presque totalement vide les week-ends, approximativement 98% du personnel est ignorant des détails.


15 témoins confirment l'implication du policier militaire décédé dans l'affaire, dit l'ufologue Ubirajara Rodrigues.

OUI, NOUS AVONS "ET":

Rapports d'une rencontre de troisième type à Varginha, le Roswell Brésilien.
Luiza Villamea, de Varginha (MG)
La ville de Varginha, dans l'état méridional de la Minas Gerais, est la version nationale [Brésilienne] de Roswell. Avec 120000 habitants, Varginha est devenu la capitale Brésilien de l'ufologie depuis que les récits de l'observation d'une créature étrange par trois filles a franchi ses montagnes et a gagné le monde (...)



Chereze

La rencontre rapprochée du troisième type la plus extraordinaire jamais rapportée au Brésil a gagné en notoriété une fois associée à d'autres témoignages et même à des décès mystérieux. Moins d'un mois après l'incident, le policier militaire Marco Eli Chereze, alors 23 ans, a succombé à une infection multiple sans cause apparente. "Il doit a été infecté quand il a touché la créature", suppose sa soeur plus âgée, Marta. Membre du P-2, le service de renseignement de la police militaire, Chereze est dédigné par les ufologues qui étudient le cas comme une victime d'une opération complexe de la police militaire qui a abouti à la capture de deux extraterrestres. (...)

Rapport du docteur Furtado qui a traité le policier décédé : ICI

Toutes les institutions cités par les ufologues nient l'affaire. Selon les informations publiées par la Police Militaire, Chereze n'a même pas été en service le 20 janvier 1996. La mère du policier, Lourdes, conteste cette affirmation. Elle souligne qu'elle se rappelle très bien ce samedi - un jour qui était d'abord ensoleillé et qui a eu un changement étonnant de la météo lors du coucher du soleil, avec des grélons qui brisèrent même les tuiles maisons. Lourdes indique que Chereze a travaillé en vêtements civils et a été employé pour conduire une voiture blanche Fiat (modèle "Premio") qui était sans fenêtre dans le côté du conducteur pour la Police Militaire. "Mon fils est passé à la maison à environ 18:00, avec sa chemise trempée", se rappelle-t-elle. "Il a changé ses vêtements et demandé de dire à son épouse qu'il ne rentrerait pas pour le dîner parce qu'il était en mission". (...)



Docteur Furtado

Impliqué dans les investigations autour des ETs de Varginha depuis le jour suivant la rencontre rapportée par les trois filles, l'avocat Ubirajara Franco Rodrigues, ufologue depuis plus de 20 ans, certifie que la participation de Chereze dans l'épisode est confirmée par QUINZE TÉMOIGNAGES ENREGISTRÉS EN VIDÉO. Ce sont huit témoins militaires et sept civil, dont les identités sont maintenues secrêtes, pour des raisons de sécurité. Le "cas de Varginha n'est pas terminé", affirme Rodrigues. "Il est probable que la lumière ne soit faite que dans quelques décennies." Parmi les nombreuses questions soulevées par les ufologues, il y a la mort de cinq animaux du zoo de la ville: deux cerfs communs, un macao bleu, un jaguar et un tapir. Sans raison apparente, ils sont décédés en même temps sachant que Terezinha Galo Clepf, 67 ans, femme au foyer affirme avoir vu un autre étranger au zoo en Avril 1996. L'endroit, d'ailleurs, accueillera d'ailleurs une statue en béton de l'Alien (...)

En raison des épisodes de ce genre, plus de quatre-vingts ufologues ont déjà été enquêter dans la région. Un d'eux, l'auteur espagnol J.J. Benitez, auteur de la série "Opération Cheval de Troie" a même annoncé la découverte des marques d'atterrissage d'un vaisseau spatial. "C'est complètement faux ", dit l'ingénieur Claudeir Covo, le président de l'INFA - institut national sur la recherche sur des phénomènes d'aérospatiaux. "Les marques alléguées ne sont rien d'autre que deux trous faits par un fourmilier", convient Rodrigues. Actuellement, ces deux ufologues analysent le témoignage du petit entrepreneur Carlos de Souza, résidant de la ville de Sao Paulo, qui s'est récemment présenté comme témoin de la récupération d'un objet non identifié par l'armée, alors qu'il voyageait près de la ville [de Varginha]. "Quand ils m'ont vu, ils m'ont forcé à partir de là ", dit Souza. (...)

LE DOCTEUR PALHARES PARLE :

Jusqu'ici, nous suspectons de l'existence de quatre zones d'accès limité, des laboratoires d'usage militaire, deux étant situé dans l'UNICAMP [université de Campinas dans l'état de Sao Paulo, Brésil] et deux au CTA (centre technique de l'Armée de l'Air brésilienne). Tous sont les laboratoires souterrains. On permet seulement à quelques civils de pénétrer à l'intérieur de ces laboratoires, seulement ceux ayant les autorisations appropriées. Les deux laboratoires du CTA se trouvent à la route de Tamoios, situés au kilomètre 6 et à l'autre aux kilomètres 12, et qui peut-être ont reçu les métaux étranges récupérés de l'accident du vaisseau spatial.



Hôpital

Les laboratoires d'UNICAMP sont localisés l'un à l'institut de la biologie, et l'autre à l'hopital Das Clinicas. Selon les témoins, qui ne veulent pas s'identifier à la presse, ces laboratoires ont reçu les corps des créatures étranges capturées à Varginha. Un témoin affirme qu'une personne importante dans le domaine de la recherches l'a mené(e) au laboratoire d'accès restreint sous l'institut de biologie, à UNICAMP. Le témoin a décrit le laboratoire comme hexagonal et ayant des murs métalliques. Un employé qui travaille avec le Dr. Badan Palhares [note du traducteur: le scientifique qui a été accusé d'avoir autopsié les créatures] un des corps est arrivé à l'hôpital Das Clinicas dans une boîte métallique avec des trous, transporté par deux militaires. Ils sont allés jusqu'à une salle avec un couloir ayant de nombreuses portes. On a interdit à la femme et aux deux militaires le passage d'une de ces portes. On leur a demandé de poser la boîte au sol et de repartir. La boîte a alors été enlevée vers un niveau souterrain par d'autres militaires qui ont étaint déjà installés là bas. Another person, friend of Dr. Palhares, informed that Dr. Palhares himself said that : Une autre personne, ami du Dr. Palhares, a informé que le Dr. Palhares aurait dit ceci:

"Lorsque les portes s'ouvriront, je voudrais bien voir qui pourra tenir face à face avec cette créature ne serait-ce qu'une minute... " ...se référant à la créature en vie, et a son aspect horrible et son odeur fortement ammoniaquée. Maintenant à la fin de l'année [N.d.T.: 1996], le Dr. Palhares a parlé en tant que conférencier au Collège Judiciaire de Campinas. A la fin de son entretien, un étudiant lui a demandé que s'il était vrai qu'il a fait autopsié les créatures capturées à Varginha, ce à quoi il a répondu: "Si vous me posez cette question dans quelques années, peut-être que j'aurais plus de liberté pour vous répondre."

Un employé du cimetière d'Amarais à Campinas a informé qu'un des corps des créatures étranges est resté stocké et fortement gardé par les militaires, à partir de Février à Avril 1996, dans un des congélateurs de l'IML [note du traducteur: Institut de la médecine légale] situé dans une construction annexe de ce cimetière.

Un autre fait curieux est qu'après que nous ayons commencé à divulguer l'existence d'un laboratoire souterrain et d'accès restreint à l'hôpital Das Clinicas dans UNICAMP, rapidement tout les copies héliographiques avec les schémas des projets de structures de cet hôpital ont été enlevées. Très étrange...

DERNIERES NOUVELLES:

Des détails font surface, ayant permis l'élaboration de la chronologie ci-dessus. Selon John Carpenter les chercheurs impliqués dans cette affaire au Brésil
reçoivent des menaces directes par téléphone et ont des problèmes avec leur ligne téléphonique. Et des OVNIS ont été observés au dessus de presque chaque ville de la région du Minas Gerais, certains d'entre eux ont été photographiés et filmés.



PHOTO 19 : Le lieu où se serait produit le crash, en entouré, la maison du couple Freitas



PHOTO 20 : Le lieu de capture de l'une des créatures

UFO Magazine, Numéro 45, Août 1996:
L'ufologue Claudeir Covo:

"Bien que les autorités militaires et civiles nient tout, plusieurs sources ont décidé de parler. Un de ces sources affirme qu'un fermier local a tué un des êtres avec un revolver."

"Une autre source a indiqué qu'il a vu un bon nombre de personnel militaire en tenue civiles, battant les bois de Jardim Andere, dans Varginha. Un de ces hommes a fait feu par trois fois sur une créature étrangère, en plaine poitrine, tuant l'être sur le coup. L'arme serait un FAL [Fuzil Automatico Leve, soit fusil automatique léger]. Ces faits sont toujours à l'étude; nous n'avons pas encore enregistré de témoignages des sources militaires au sujet de ces mises à feu, mais notre enquête continue."

"... de quel droit les êtres humains (civil ou militaires) devraient assassiner ces êtres étrangers? Que prévoit donc la constitution Brésilienne? Que disent les lois dans les autres pays? Considérant les recommandations religieuses, que nous disent les lois de Dieu, ou les Dix commandements?".
 


PHOTO 21 : Depuis l’incident, de nombreux badauds se sont rendus dans cette petite cour afin de mieux se rendre compte de la situation. Exaspéré, le
propriétaire du terrain y a dressé un mur (style mur de Berlin ou mur de la honte en Israël) avec bris de verre incrustés afin de dissuader les curieux de piétiner son lopin de terre



PHOTO 22 : Une énorme soucoupe volante commémore l'incident sur la place centrale de Varginha.

L'ufologue Marco Antonio Petit:

"Récemment, de nouvelles informations [sur le cas de Varginha] ont commencé à surgir, y compris des indications sur la localisation des fragments métalliques d'un vaisseau spatial accidenté, qui documentent cet aspect mystérieux du cas. Ces matériaux peuvent être reliés à l'ovni aperçu au point du jour le 20 janvier 1996, parce que l'ovni aperçu libérait quelque chose qui a semblé être des fumées, et qu'il se déplaçait lentement. " "Nous vivons les derniers moments d'un processus qui mettra notre humanité face à face avec une réalité à laquelle nous ne sommes pas préparés. Cinquante ans de mensonges peuvent mener une partie considérable de la population dans un abîme (...) des événements importants se produiront dans les années qui viennent et les gouvernements doivent assumer leurs responsabilités, alors qu'ils peuvent encore faire quelque chose, parce que le temps presse..."

OPINION DES UFOLOGUES BRESILIENS : ICI

Merci à   Fabrice Bonvin

http://www.extraterrestres.org

pour les photos 19, 20, 21, 22

- Haut de page -

Afficher la suite de cette page
 
 



Créer un site
Créer un site