Stratotanker KC 135

Il y a un phénomène récurrent souvent rapporté au cours d’incidents aériens au-dessus du Triangle des Bermudes : des turbulences ou des forces soudaines et non prévisibles. Ces phénomènes se produisent dans un ciel clair, et un air à priori calme. Il arrive que des passagers sont blessés puisqu’ils ne sont pas attachés (le signal "attachez vos ceinture" n’étant pas allumé).

C’est peut-être un phénomène similaire qui a causé la perte de deux KC-135 Stratotankers un 28 août 1963. Quoique qu’il en soit, nul de sait aujourd’hui ce qu’il s’est passé ce jour là, à 36 000 ft (10 800 m) au-dessus du triangle des Bermudes.

Spécialisé pour le ravitaillement en vol.

Ce matin du 28 août 1963, à la base aérienne de Homestead, Floride (sud de Miami), deux énormes ravitailleurs KC-135 doivent décoller pour une mission de ravitaillement avec 3 autres B-47. Le décollage se passe sans problème, et les appareils mettent le cap vers 30°28N 67°54W. La mission est réussie. A 12:01, tous les appareils font demi-tour pour rentrer à la base. Les deux KC-135 montent respectivement à 36000 ft et 35500 ft, l’un volant en avant du second, comme il se doit dans les vols en formation. A 12:20, les B-47 qui rentraient de leur côté perdent le contact visuel avec les KC-135 après être passés dans un petit nuage d’altitude.
A 13:57, le contrôle aérien océanique, qui aurait du être contacté par les deux KC-135, informe la base aérienne de Homestead qu’aucun contact n’a été établi avec les deux appareils. Des recherches sont lancées, et se termine le lendemain lorsque les débris des deux avions sont retrouvés flottant à la surface de l’océan aux coordonnées 29°19N 69°41W.

Autre modèle d'un Stratotanker.

Les deux avions se sont écrasés dans d’excellentes conditions météo, sans émettre le moindre signal de détresse à la radio. Il est évident que les deux appareils sont entrés en collision, mais il est difficile de croire que des équipages expérimentés maintenant une séparation verticale de 500 ft (150 mètres) et une séparation horizontale se sont heurtés violemment et soudainement.

Certes, au-dessus du triangle des Bermudes, des avions ont déjà rencontré des turbulences les faisant ralentir brutalement, ou les faisant monter ou descendre précipitamment. Mais pour que les deux KC-135 se heurtent, il aurait fallu que le premier ralentisse brutalement et perde en même temps de l’altitude, et que le second ne soit pas affecté par ce même phénomène.

Cockpit d'un Stratotanker.

De simples turbulences peuvent difficilement expliquer un tel scénario. Même si les turbulences en air calmes sont des phénomènes connus et expliquées à travers le monde, elles sont généralement liées à des vents d’altitude ou des orages lointains et sont donc prévisibles. Mais surtout, aucune turbulence n’est à ce point localisée de manière à n’affecter qu’un seul des deux avions volant en formation. En fait, dans des turbulences classiques, les deux appareils auraient été secoués de la même façon, mais certainement pas au point de se percuter.

- Haut de page -

 

 
 



Créer un site
Créer un site