Lockheed Super Constellation R7V-1

Dossier de l'accident en anglais

La disparition du Lockheed R7V-1 Super Constellation de l’US Navy est l'accident le plus tragique dans le secteur du triangle des Bermudes, mais aussi le plus mystérieux. L’avion et ses 42  (certaines sources donnent 52 décès, mais c'est bien 42) occupants se sont volatilisés, et n’ont jamais été retrouvés.


Le 30 octobre 1954, le vol 441 quitte Patuxent River (Maryland, Etats-Unis) à destination de Lajes dans les Açores. L’appareil, un R7V-1 (version militaire du Super Constellation) mis en service un an plus tôt, transportent 52 personnes parmi lesquelles se trouvent les membres d’équipage, du personnel militaire et leur famille.
Le début du vol se déroule sans encombre. L’avion suit sa route, qui l’amène à passer au-dessus de la zone du triangle des Bermudes. La météo n’est pas très bonne, mais c’est ordinaire dans ce secteur à cette époque de l’année : quelques orages éparpillés et de petites turbulences sont signalés. Le pilote (le lieutenant John G. Leonard) connaît bien la région, et en plus l’avion dispose d’un radar météo (un ASP-42) : aucun risque de se faire piéger par une météo imprévue. D’ailleurs, l’avion vole à 17000 ft (5200 mètres d’altitude) : assez haut pour éviter la majeure partie des nuages et turbulences.



A 11h30, l’équipage contact le sol pour faire un report de position, comme le demande la procédure. Les coordonnées transmises sont 38°06'N 69°12'W, soit environ 650 kilomètres au large des côtes américaines. Peu de temps après, la communication avec l’avion est perdu brutalement. L’avion n’arrivera jamais à destination.


Très vite, les secours se mettent en place. Mais le 4 novembre, après quatre jours de recherches infructueuses, les recherches sont abandonnées. Les mauvaises conditions météos ne permettent d’ailleurs plus de poursuivre. L’avion et ses occupants ne seront jamais retrouvés.

L'intèrieur d'un Lockheed.

Plusieurs hypothèses sont émises :

L’avion aurait pu se désintégrer en vol. Mais cette hypothèse est peu crédible : on aurait du retrouver au moins des débris ou la cargaison de l’appareil (111 gilets de sauvetage, 46 combinaisons, 660 tasses en plastique et 5 radeaux de sauvetage – que des objets qui flottent).

L’équipage aurait pu perdre le contrôle de l’avion et l’avion aurait ensuite plongé dans l’océan, mais dans ce cas il aurait eu le temps d’envoyer un message de détresse.

Le bureau chargé de l’enquête ne trouve aucun élément convaincant pour expliquer l’accident. Ses conclusions sont les suivantes :
«L’opinion du bureau est que le R7V-1 BuNo 128441 a rencontré une force soudaine et violente qui ne pouvait pas être contrée par un effort humain aux commandes, et qui rendit l’avion incontrôlable. L’origine de cette force est inconnue.»

Retrouvé...??

Selon les sources de Paris-Match, l'avion aurait-été retrouvé dans les années 90. En grattant les coquillages accrochés à l'épave de la Super Constellation de l'U.S. Navy disparu en 1954, les membres de l'expédition découvrent les armoiries de l'escadrille à laquelle appartenait l'avion-cargo.

 

- Haut de page -

 
 



Créer un site
Créer un site